Baisse de 8% des immatriculations en Europe en mai

 |  | 448 mots
Selon les chiffres publiés par l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA), les immatriculations de voitures neuves dans les 18 pays d'Europe occidentale (les 15 pays de l'UE, plus Norvège, Suisse et Islande) ont reculé de 8% à 1.287.921 unités en mai par rapport à mai 2001.Pour les 15 pays de l'Union européenne, la baisse des immatriculations a été de 7,9% en mai (à 1.249.766 unités) par rapport à mai 2001. Depuis le début de l'année, le recul des immatriculations est de 3,8% sur les 18 pays d'Europe occidentale, et de 3,7% dans les 15 de l'Union européenne. Le nombre inférieur de jours ouvrables dans un certain nombre de pays européens n'explique "qu'une partie" de la chute des immatriculations sur le mois de mai, observe l'ACEA. L'association estime que la baisse reflète également "la stagnation du marché automobile" et la "lente reprise de l'économie".Par pays, on constate que les marchés les plus dynamiques restent ceux de l'Europe du Nord, notamment le Danemark (+13,3% sur un an en mai) et la Finlande (+11,5%). Mais également le Royaume-Uni qui, avec une progression sur un an de 5,1% en mai, est devenu le troisième marché européen d'automobiles. En revanche, les grands marchés traditionnels du Vieux continent s'effondrent, notamment l'Allemagne (-14%), l'Italie (-11%), l'Espagne (-6,2%) et la France (-8,6%). Sur le plan des constructeurs, tous ne résistent pas de la même façon à cette chute. Les constructeurs français sont ceux qui s'en sortent le mieux. PSA voit sa part de marché progresser de 0,9 point sur un an à 14,9% et ses ventes grimper de 4,1%. Renault reste la première marque européenne avec une part de marché en hausse de 0,7 point en un an à 11,2% et une progression de ses ventes de 2,6%. Outre les Français, les constructeurs japonais voient leurs ventes grimper de 1,7% grâce à Toyota (+13%) et DaimlerChrysler, dont les ventes ont progressé de 2,6% en un an, a bénéficié des excellentes ventes de la marque Smart (+19%). Enfin, hors Mini, BMW limite la casse avec des ventes en hausse de 0,9%. Du côté des perdants, on remarque surtout les contre-performances de Fiat (-19,1% en termes de ventes sur un an) et de GM (-14,3%). Mais Ford perd également du terrain (-2,1% pour ses ventes). On notera surtout le recul des ventes (-8,2%) et des parts de marché (-0,9 point à 18,1%) du premier groupe européen Volkswagen qui n'est pas parvenu à renouveler suffisamment sa gamme.La bonne résistance des marques françaises est donc de bon augure, d'autant que leurs marchés traditionnels d'Europe du Sud ont marqué le pas. Dans la perspective d'une reprise à plus ou moins long terme des ventes en Europe, PSA et Renault se trouvent donc bien placés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :