Air Liquide déçoit sur ses résultats mais voit des signes de reprise

 |  | 371 mots
Ce sont des chiffres en bas de fourchette, voire légèrement inférieurs aux attentes, qu'Air Liquide a publiés jeudi matin. De fait, le résultat d'exploitation du spécialiste des gaz industriels est ressorti à 573 millions d'euros (-3,8%), là où les analystes attendaient de 571 à 597 millions d'euros (voir ci-contre). Selon la société, c'est en France, principalement en raison du niveau d'activité de la branche électronique, que le résultat d'exploitation a souffert. Des observateurs relèvent également que, au vu du chiffre d'affaires en repli de 8,7% à 3,94 milliards d'euros, les marges ne se sont que très légèrement améliorées.Côté résultat net, le groupe a affiché un bénéfice de 324,2 millions d'euros, en baisse de 1,3%, alors que les professionnels tablaient sur un chiffre compris entre 330 et 337 millions d'euros. Finalement, seul le bénéfice net par action, de 3,27 euros, a pu être maintenu au niveau de l'an passé grâce aux rachats d'actions opérés sur le semestre.Certes, les comptes ont été largement pénalisés par les effets de changes: à taux constants, le résultat d'exploitation ne recule que de 1,3% et le bénéfice net progresse de 0,3%. Mais cela n'a pas empêché le marché de se montrer quelque peu déçu par la publication du groupe. En clôture, l'action perdait 3,54% passant, à 136,20 euros, dans le rouge en termes de performance annuelle (-2,64%). Si le marché s'est intéressé aux résultats, du côté d'Air Liquide on a plutôt insisté sur la marge brute d'autofinancement de 757 millions d'euros et sur la dette ramenée de 2,58 à 2,4 milliards d'euros en six mois. "Nos principaux ratios s'améliorent et notre bilan confirme sa solidité", résume le communiqué.Enfin, le groupe s'est voulu relativement optimiste pour les mois à venir, même si son discours semble encore prudent. "Des signes positifs de reprise sont apparus au deuxième trimestre 2002 dans les principaux marchés que nous servons (...), de nouveaux contrats ont été signés", indique Air Liquide, qui attend un résultat net hors effet de change en hausse sur l'ensemble de l'année. Bref, selon Benoît Potier, le président du directoire, "le deuxième semestre va être meilleur".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :