Scor sera dans le rouge en 2001, le titre plonge

 |  | 484 mots
Lecture 2 min.
Après les nombreux avertissements lancés l'an passé, l'exercice 2001 réserverait-il encore des surprises? On peut le croire, puisque Scor vient de lancer un "profit-warning" non pas sur l'année 2002, mais sur l'exercice qui vient de se terminer."Le groupe a décidé de réviser son résultat qui devrait être négatif à hauteur d'environ 250 millions d'euros", note-t-il dans un communiqué, alors qu'il attendait jusqu'ici un résultat proche de l'équilibre. A celà trois raisons principales. Les déclarations de sinistres ont été plus nombreuses qu'à l'habitude au quatrième trimestre. Le groupe a été contraint de renforcer ses provisions sur l'exercice en raison d' "une sinistralité et des liquidations plus lourdes que prévu sur les années de souscription récentes." Enfin, même si celà intervient dans une moindre mesure, le résultat financier sera affecté par la faiblesse de l'euro et l'absence de reprise des marchés.En revanche, Scor indique que l'impact des "grands sinistres connus", comme les attentats de septembre, n'est pas révisé à la hausse. Le groupe avait auparavant annoncé avoir un risque maximal de 200 millions de dollars sur la tragédie du World Trade Center.Mais le groupe souligne qu'il souhaite réagir rapidement pour redevenir bénéficiaire. C'est pourquoi il a décidé d'arrêter immédiatement ses activités "Program Business" aux Etats-Unis, qui étaient déficitaires. De surcroît, comme il l'avait déjà entrepris outre-Atlantique, il va se désengager du secteur de la santé d'une façon générale.Grâce à ces mesures, aux gains de parts de marché réalisés en 2001 et aux hausses de tarifs mises en place au 1er janvier 2002, le groupe compte arriver à "une amélioration très significative du résultat technique". De quoi "retrouver dès 2002 une rentabilité satisfaisante", selon les termes du communiqué.Ces précisions ne suffisent toutefois pas à rassurer les investisseurs qui sanctionnent lourdement l'action ce mardi. En clôture, le titre plonge en effet de 13,11% à 37,45 euros, enregistrant et de loin la plus mauvaise performance du SRD. Il faut dire que les investisseurs ont pu être surpris alors que jusqu'ici les perspectives paraissaient plutôt satisfaisantes, laissant espérer que le secteur était sorti de l'ornière.La semaine dernière, Morgan Stanley avait notamment relevé sa recommandation sur le titre en évoquant une année 2002 prometteuse pour la réassurance (voir ci-contre). L'intermédiaire expliquait plus précisément que le coût des grandes catastrophes était acquis et que 2002 serait marquée par une hausse de la demande et le retrait de plusieurs acteurs. Preuve supplémentaire de la confiance du marché, jusqu'à l'avertissement l'action gagnait environ 20% depuis le début du mois, soit l'une des meilleures performances du SRD. Mais analystes et investisseurs s'étaient peut-être un peu trop focalisés sur 2002, oubliant du coup les risques encore liés à 2001... latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :