Air France surprend encore pour son 1er trimestre

A quelques jours de l'anniversaire des attentats du 11 septembre, Air France prouve, une fois de plus, qu'elle est la compagnie aérienne qui a le mieux géré la crise qui a frappé le secteur depuis ces funestes événements.La compagnie a publié mercredi après clôture un résultat net de 159 millions d'euros au premier trimestre (d'avril à juin) de son exercice 2002/03, en baisse de 18,5% comparé à la même période de l'exercice précédent. Le résultat d'exploitation avant impôts et intérêts (Ebit) et après cessions aéronautiques, s'est élevé à 165 millions au premier trimestre, en baisse de 34,8%. Le résultat net est meilleur que les attentes des opérateurs. Le consensus des analystes réuni par Reuters prévoyait en effet un résultat net trimestriel de 128 millions d'euros. Seul le résultat d'exploitation avant cessions d'appareils est inférieur aux attentes, à 152 millions d'euros alors que les analystes attendaient 168,5 millions.Au début du mois d'août, la compagnie avait publié un chiffre d'affaires en légère baisse de 1,7% à 3,3 milliards d'euros pour le premier trimestre de l'exercice 2002-2003 (avril-juin), et avait annoncé que ses résultats pour la période seraient supérieurs aux prévisions. Le groupe de Jean-Cyril Spinetta souligne que, en ce qui concerne l'activité, après une baisse de 2,8% en juillet et un total de 4,2% au premier trimestre, le trafic a retrouvé au mois d'août son niveau de l'année dernière. Sur l'ensemble de l'exercice 2002/2003, avec pour hypothèse un prix du pétrole moyen de 23 dollars, Air France table toujours sur une progression de son résultat d'exploitation. Peu avant la publication de ces résultats, on apprenait que six syndicats de pilotes d'Air France, dont le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL - majoritaire) et le Spac, ont déposé un préavis de grève courant du 6 au 9 septembre prochains, "dans l'attente d'un processus d'ouverture de négociations qui doit être mis en place avec la direction". Selon les syndicats, qui s'inquiètent des statuts du personnel et de l'évolution des salaires à l'approche de la privatisation (lire ci-contre), "les négociations portant sur la définition d'un nouveau contrat social pluriannuel ont échoué". "Cette situation est due au non-respect des accords signés et à l'attitude désinvolte de la direction face aux aspirations des personnels navigants et techniques", a déclaré un porte-parole des syndicats à l'AFP.En Bourse, l'action Air France perd 7,62% à 11,40 euros jeudi en clôture.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.