Clariant dope Rhodia

 |  | 343 mots
Lecture 2 min.
La chimie est à l'honneur cette année, si l'on en croit le comportement de l'indice DJ Stoxx de ce secteur, qui n'a perdu "que" 9% depuis le premier janvier, faisant office de base de repli en pleine morosité boursière.Ce jeudi, le secteur est une nouvelle fois sous le feu des projecteurs suite aux bons résultats du suisse Clariant. L'indice DJ Stoxx du secteur progresse de 1,9% tandis que le français Rhodia gagne 6,16% à 9,13 euros, confirmant sa stabilité depuis le début de l'année (-1%). Quant au groupe suisse, son titre s'envole de 13,59% à 33,85 francs suisses.Clariant (né en 1997 de la fusion de la division chimique de la société bâloise Sandoz avec une division de l'allemand Hoechst) a vu son résultat progresser de 18% au premier semestre 2002 à 145 millions de francs suisses, a annoncé jeudi l'entreprise dans un communiqué. Le chiffre d'affaires a reculé de 5% à 4,83 milliards de francs suisses. Mais hors effet de changes, le chiffre d'affaires a progressé de 1%. L'Ebitda a baissé de 6%, à 633 millions de francs suisses. L'endettement net a été réduit de 204 millions francs suisses au cours du semestre, à 4,08 milliards de francs suisses.Les mesures de restructuration, annoncées l'an dernier alors que les bénéfices étaient en baisse, ont déjà porté leurs premiers fruits. En 2001, Clariant avait enregistré une perte nette après coûts exceptionnels de restructuration de 1,24 milliard. Selon le groupe, un bénéfice net aurait été dégagé à hauteur de 140 millions de francs suisses en 2001, sans la prise en compte des effets des fermetures d'usines et réductions d'emplois. En 2001, Clariant a ainsi annoncé la suppression de 1.800 emplois et la fermeture de dix usines dans le monde. Les restructurations ont coûté à la société 1,86 milliard de francs suisses, tout en générant 468 millions de revenus additionnels grâce à la vente de certains actifs. Pour l'ensemble de l'année 2002, Clariant reste optimiste et s'attend à une hausse du résultat d'exploitation et du bénéfice net, ainsi qu'à une baisse de l'endettement net sous la barre des 4 milliards de francs suisses.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :