L'opérationnel de LVMH meilleur qu'attendu

 |  | 473 mots
Lecture 2 min.
En un an, la situation a bien changé pour le leader mondial du luxe, LVMH (propriétaire de La Tribune). Septembre 2001 marquait en effet le début d'une crise pour le secteur qui allait contraindre le groupe à décevoir le marché en revoyant ses estimations à la baisse. Aujourd'hui, les chiffres publiés par LVMH sont beaucoup plus flatteurs.Pour le premier semestre, LVMH a en effet révélé une performance opérationnelle bien au-delà des attentes. A 840 millions d'euros, le résultat opérationnel a progressé de 18,4%, alors que le marché et le groupe lui-même ne tablaient que sur une hausse de 15%. Compte tenu de l'amélioration du chiffre d'affaires limitée à 2,3%, la rentabilité du groupe s'est donc largement appréciée: de 12,5% à 14,4%.Pêle-mêle, LVMH explique cette performance par la croissance de Louis Vuitton au Japon et aux USA, le bon comportement des vins et spiritueux ou encore l'amélioration des résultats de la distribution sélective. On notera par exemple que la mode et la maroquinerie ont contribué au résultat opérationnel à hauteur de 655 millions (+3,31). La croissance est nettement plus significative dans les vins et spiritueux, avec +25,9% à 277 millions d'euros. Enfin, en ce qui concerne la distribution sélective, les pertes opérationnelles ont été ramenées de 105 à 39 millions d'euros. Pour cette dernière, le groupe précise qu'il compte poursuivre la restructuration engagée l'an passé pour atteindre l'équilibre en fin d'année.En termes de résultat net courant, le chiffre affiché par LVMH peut tout de même constituer une légère déception puisqu'il progresse de 10% à 350 millions d'euros, là où le marché visait en moyenne une croissance de 13,8% à 362 millions d'euros. Mais le groupe insiste surtout sur ses perspectives pour la fin de l'année, période sur laquelle il bénéficiera d'un effet de base favorable. "2002 devrait être une excellente année", a souligné Bernard Arnault, le PDG de LVMH. De fait, malgré un contexte économique toujours jugé incertain, le groupe ambitionne d' "amplifier la croissance de la rentabilité au second semestre" et confirme "l'objectif d'un rebond significatif de son résultat opérationnel en 2002". Il n'ajoute pas de prévision chiffrée, mais avant ces résultats le consensus Reuters anticipait un bénéfice opérationnel de 1,955 milliard d'euros, en hausse de plus de 25% par rapport à 2001.En Bourse, l'action résiste au plongeon des marchés. En clôture, elle cède 0,57% à 43,50 euros, alors que le CAC chute de plus de 4,5%.latribune.frTendance similaire chez Christian DiorProfitant des résultats de sa filiale, la holding Christian Dior a affiché pour le premier semestre un bénéfice opérationnel en hausse de 21,8% à 844 millions d'euros. Le résultat net progresse quant à lui de 40% à 119 millions. Le groupe a également précisé que la tendance "devrait se poursuivre au second semestre".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :