Ventes annuelles record pour Ahold

 |  | 369 mots
Lecture 2 min.
Il est des groupes qui semblent être passés au travers de la crise. Et Ahold en fait partie. Le distributeur néerlandais a en effet vu ses ventes augmenter de 27% sur l'année 2001, à 66,6 milliards d'euros. Un chiffre en ligne avec les 67 milliards d'euros pronostiqués par les analystes et légèrement supérieur aux 65 milliards d'euros espérés par le groupe lui-même en début d'exercice.Seul petit bémol à ces chiffres, la croissance a ralenti au cours de l'année. Sur le seul quatrième trimestre, elle est d'environ 10%, contre 12,6% trois mois plus tôt. Mais cela n'a pas empêché le groupe d'atteindre des niveaux de ventes record en 2001. Qui plus est, s'il a bien entendu profité de l'élargissement de son périmètre, sa croissance organique n'en demeure pas moins soutenue, dans une conjoncture pourtant peu porteuse. A périmètre et taux de change constants, ses ventes ont progressé de 6,4%.Mais les bonnes nouvelles ne s'arrêtent pas là car sur le marché américain où il réalise 60% de ses ventes, le groupe a également effectué une performance notable. Alors que la consommation américaine (hors automobile) est restée très hésitante sur la fin de l'année, le groupe est parvenu à améliorer son chiffre d'affaires sur cette zone de 27% à 39,2 milliards d'euros. C'est même outre-Atlantique, ainsi qu'en Europe, que le groupe a atteint son plus haut taux de croissance organique. Il a gagné 1,5 point en un an à 6,8%.Fort de ses chiffres de ventes, Ahold a réaffirmé son objectif de croissance de 15% de son bénéfice par action (hors exceptionnels, effets de change et goodwill) pour 2001. Une prévison qui a été maintenue tout au long de l'exercice 2001 et que le distributeur applique aussi à l'exercice 2002.Enfin, Ahold s'est, comme de nombreux groupes du secteur, exprimé sur la crise argentine. Sur la zone Amérique Latine, le chiffre d'affaires a reculé de 3,7%, mais a gagné 1,4% hors effets de change. Ahold, qui publiera ses résultats annuels le 7 mars prochain, indique également qu'il a comptabilisé sur son quatrième trimestre 2001 une provision de 100 millions d'euros en raison de la dévaluation du peso argentin.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :