Le CAC 40 chute de plus de 5% pour finir la semaine

Comme si c'était inexorable... Après avoir repris espoir pendant deux jours, la Bourse de Paris est retombée dans la déprime aujourd'hui. La deuxième séance consécutive de baisse à Wall Street, les annonces décevantes de grands groupes américains et le déficit record de la balance commerciale outre-Atlantique en juin ont assommé les investisseurs.Ce matin déjà, ces derniers avaient été échaudés par Ericsson. Le Scandinave avait notamment annoncé que son augmentation de capital se fera au prix unitaire de 3,80 couronnes, soit 74% en dessous du cours de clôture d'hier (14,50).Dans ce contexte, le CAC 40 termine une séance mouvementée sur un repli de 5,4% à 3.324,04 points, soit son niveau du 13 octobre 1998.Une fois de plus, ce sont les technologiques qui souffrent le plus. Alcatel plonge de 12,5% à 6,3 euros. Outre l'effet Ericsson, le groupe est affecté par les résultats de Nortel. Le canadien, qui a essuyé une nouvelle perte trimestrielle, a estimé que les dépenses en équipements de télécommunications demeureront sous pression cette année et durant une bonne partie de 2003.Egalement touché, France Télécom recule de 7,42% à 14,22 euros. L'opérateur a annoncé que l'abonnement au téléphone fixe augmenterait de 3,6% à compter du 20 juillet 2002. Sa filiale Wanadoo perd 4,9% à 4,85 euros. La société a signé, hier soir, un accord portant sur le rachat du fournisseur d'accès Internet espagnol eresMas pour 255 millions d'euros par échange d'actions avec le consortium Auna. Orange cède pour sa part 6,13% à 4,9 euros.La rechute du Nasdaq pèse également sur Cap Gemini, qui cède 3,96% à 34,9 euros et sur STMicroelectronics (-6,53% à 24,34 euros).Vivendi Universal abandonne 4,12% à 17,45 euros. Un groupe d'investisseurs américains baptisé Rosembaum Partners a déposé plainte contre le groupe auprès d'un tribunal fédéral de Manhattan. Ce collectif accuse VU et son ancien président Jean-Marie Messier d'avoir dissimulé la récente crise financière. Le groupe  a confirmé qu'il pourrait reporter la publication de ses résultats trimestriels, initialement prévue pour le 26 juillet, à une date ultérieure.Parmi les valeurs dites classiques, BNP Paribas baisse de 6,59% à 43,68 euros. L'activité arbitrage sur obligations convertibles aurait, selon le Wall Street Journal, subi des pertes depuis le début de l'année.Pinault Printemps recule de 3,85% à 87,50 euros alors que KBC a révisé en baisse de 6,84 à 6,40 euros sa prévision de bénéfice par action pour le groupe cette année.Renault recule de 4,11% à 41,52 euros en dépit de l'avis favorable d'UBS. La banque d'affaires a relevé sa recommandation sur le titre de "conserver" à "achat ferme", et augmenté son objectif de cours de 45 à 60 euros.Suez et Dassault Systèmes terminent respectivement en repli de 9,03% à 22,15 euros et  7,54% à 33 euros, après avoir été réservés à la baisse.Longtemps seule valeur du CAC 40 dans le vert, Casino a bien résisté pour ne céder que 0,19% à 77,3 euros. Le groupe a annoncé, hier, une hausse de 6,3% de son chiffre d'affaires semestriel à 11,02 milliards d'euros, conformément aux prévisions des analystes. Le groupe a précisé qu'il maintenait ses objectifs de croissance à moyen terme. UBS Warburg est d'ailleurs passé de "alléger" à "neutre" sur la valeur.Et c'est finalement Thomson Multimedia qui signe la seule progression de l'indice. Le groupe a publié "par erreur" son chiffre d'affaires du deuxième trimestre dans le Bulletin des Annonces Légales (BALO), mais grâce aux  résultats en ligne de son concurrent Samsung, le titre finit par s'adjuger 0,91% à 24,3 euros.En dehors du CAC, Essilor progresse de 4,56% à 38,78 euros. Le spécialiste des verres optiques a fait état d'une progression de 6,3%, à 1,112 milliard d'euros, de son chiffre d'affaires au premier semestre. Le groupe a annoncé son entrée sur le marché coréen avec la création d'une co-entreprise à 50/50 avec Samyung.M6, qui doit publier son chiffre d'affaires du premier semestre après la clôture, avance de 0,43% à 23,6 euros. A l'inverse, TF1 rechute de 7% à 24,83 euros.Enfin, la cotation des actions Grande Paroisse a été suspendue à la demande de la société et jusqu'à nouvel avis, a annoncé Euronext. Filiale de TotalFinaElf, l'entreprise est propriétaire de l'usine AZF de Toulouse, fermée au printemps après l'explosion survenue en septembre dernier.Jérôme LibeskindCopyright Invest

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.