Castorama et Kingfisher choisissent Rothschild

 |   |  272  mots
Le duel opposant l'anglais Kingfisher aux actionnaires commandités de Castorama pourrait bientôt toucher à sa fin. Les deux parties ont trouvé un accord sur le choix de la banque indépendante qui doit auditer l'OPA de la maison mère britannique sur sa filiale française de bricolage. Il s'agira de l'établissement Rothschild & Cie, choisi à la place de Schroder Salomon Smith Barney (SSSB), dont les actionnaires minoritaires de Castorama contestaient l'impartialité (lire ci-contre).Selon les termes de leurs accords, Kingfisher, qui détient déjà 55% du spécialiste du bricolage, peut racheter 100% du groupe français si le prix est jugé équitable par une banque indépendante. Kingfisher souhaite exercer cette option mais les dirigeants historiques de Castorama ont récusé, la semaine dernière, le choix de SSSB comme banque chargée d'évaluer le prix de l'OPA. Selon eux, l'établissement n'est pas "indépendant" car il est par ailleurs conseil du groupe Compass, dont Francis Mackay, le PDG de Kingfisher, est président du conseil d'administration. De son côté, Kingfisher a considéré que ces accusations étaient en fait une tactique des minoritaires pour faire échouer l'opération de prise de contrôle totale.Après cet épisode tendu, le processus de l'OPA, initiée le 15 mai dernier, devrait à présent se poursuivre normalement. Kingfisher propose 67 euros par action Castorama, un prix que les commandités estiment insuffisant. La banque Rothschild dispose d'un mois pour trancher.A Paris, l'action Castorama restait inchangée à 67,35 euros peu après l'annonce de l'accord. A Londres, à la clôture de vendredi, Kingfisher était en légère hausse à 364,25 pence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :