Vodafone finalise la cession d'Atecs Mannesmann à Siemens

 |  | 254 mots
Lecture 1 min.
Le désengagement de Vodafone d'Atecs Mannesmann est chose faite. L'opérateur de téléphonie mobile vient d'annoncer la cession à Siemens des 50% qu'il détenait encore dans ce groupe industriel hérité du rachat de Mannesmann.Le groupe britannique ne souhaitait pas conserver ce pôle qui ne constituait pas son "coeur de métier". Et dès avril 2000, Siemens et Vodafone avaient conclu un accord pour la reprise d'Atecs, qui était jusque là également convoité par ThyssenKrupp. En septembre 2000, Siemens avait en conséquence versé 3,116 milliards d'euros pour le rachat de 50% moins deux actions du capital d'Atecs Mannesmann, valorisant le groupe à 9,6 milliards d'euros. A cela s'ajoutait le financement pour 2,827 milliards d'euros de divers engagements dont des plans de retraites. L'accord attribuait enfin à Siemens une option d'achat sur le reste du capital à un prix compris entre 3,657 et 3,807 milliards d'euros suivant les performances commerciales d'Atecs.C'est donc cette option valable jusqu'au 31 décembre 2003 que vient de lever le groupe allemand, et ce au prix plancher de 3,657 milliards d'euros. Vodafone précise dans son communiqué que le montant de la vente sera versé intégralement en numéraire et avant la fin mars 2002.Et même si la dette nette de Vodafone, de 15 milliards d'euros en septembre, est bien plus modérée que celle d'autres opérateurs, cet afflux de liquidités sera le bienvenu à l'heure du désendettement dans le secteur des télécoms. D'autant que les opérateurs devront bientôt faire face à la mise en place de l'UMTS.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :