Les médias et les télécoms cristallisent les inquiétudes

Le léger rebond de Wall Street est sans effet à Paris qui reste orienté à la baisse, en ce jour de prorogation (liquidation). Malgré les derniers résultats encourageants publiés aux Etats-Unis ou ceux meilleurs que prévu de Sanofi, Vivendi ou Danone, les investisseurs restent inquiets des perspectives de reprise. Les télécoms continuent de souffrir alors que le nombre d'abonnés au portable est resté stable au premier trimestre. Le CAC 40 recule de 0,76% à 4.528, points, dans un important volume de 3,4 milliards d'euros. Vivendi Universal est au centre de toutes les attentions. On attend beaucoup de l'Assemblée générale qui se tient actuellement au Zenith de Paris. Pour faire baisser la tension, le groupe de Jean-Marie Messier a opportunément publié ses bons résultats du premier trimestre avec un Ebitda en hausse de 18% à 1,1 milliard d'euros. Toutefois, les investisseurs restent à moitié convaincu et après une embellie, le titre est reparti à la baisse avec une perte de 2,18% à 38,2 euros. Vivendi Environnement suit sa maison-mère et recule de 1,59% à 37,81 euros.L'ensemble des valeurs télécoms souffrent alors que le nombre d'abonnés au portable est resté stable au premier trimestre. C'est Bouygues qui pâtit le plus de cette situation puisque sa filiale mobile a perdu plus de 5% de ses clients. Le titre chute de 4,84% à 34,02 euros.Les médias ne sont pas non plus à la fête alors que le deuxième trimestre s'annonce aussi mauvais que le premier. TF1 perd 3,47% et Lagardère 1,97%.Mais la plus forte baisse du CAC est accusée par Schneider. Le titre chute de 6,62% à 52,9 euros après l'annonce d'un recul de 7,1% du chiffre d'affaires, à 2,25 milliards d'euros, au premier trimestre. Le fabricant d'équipements électriques indique que son activité en Amérique du Nord a baissé de 11,7% à 670 millions d'euros.Valeo est très malmené. L'action a brutalement décroché peu après 14h40, en raison de l'annonce d'un reclassement de 5 millions d'actions de la CGIP assorti de l'émission de 7 millions d'obligations échangeables en action à raison d'une pour une. Le titre chute de 4,2% à 47,9 euros.Le Crédit Lyonnais souffre également avec un décrochage de 4,02% à 46,34 euros. Lors de l'assemblée générale de ce matin, la banque a annoncé qu'elle allait accroître au premier trimestre ses provisions sur les risques existants aux Etats-Unis. La banque publique, qui dit ne pas être pressée de conclure un accord de partenariat, ne voit pas de changement dans son groupe d'actionnaires stables avant juillet 2003.A l'inverse, Sanofi-Synthélabo, plus forte hausse du CAC, progresse de 1,86% à 71,3 euros, dopé par la croissance de 15,4%, à 1,85 milliard d'euros, de son chiffre d'affaires à données comparables au premier trimestre. Le groupe pharmaceutique a confirmé son objectif d'une croissance de 25% du résultat net part du groupe avant éléments exceptionnels et amortissement des écarts d'acquisition en 2002. Son concurrent Aventis s'adjuge 1,16% à 78,6 euros.Enfin, la palme de la hausse sur le SRD revient à Wavecom qui bondit de 19,53% à 35,5 euros. Le spécialiste des modules de télécommunication sans fil a annoncé une progression de 25,8% de son bénéfice au premier trimestre 2002 à 7,8 millions d'euros. Le chiffre d'affaires s'inscrit en hausse de 3,1% à 108,6 millions d'euros.  Charles-Etienne LebatardCopyright Invest

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.