Prévisions contrastées chez Sprint

 |  | 377 mots
Lecture 2 min.
Dernier en date des grands opérateurs de télécoms lourdement sanctionné par les investisseurs financier, Sprint chutait en Bourse à l'ouverture de Wall Street vendredi, au lendemain de la publication de pronostics pour le moins contrastés, avec des perspectives plutôt dégagées en téléphonie fixe mais plus incertaines dans le mobile.En milieu de séance sur le New York Stock Exchange, Sprint FON, la division de téléphonie fixe du groupe, perdait 26,45% à 10,51 dollars, tandis que Sprint PCS, la branche mobile, abandonnait 37,40% à 3,75 dollars.Du côté de Sprint FON, l'activité de téléphonie longue distance, le groupe attend certes un chiffre d'affaires annuel en recul de 5 à 10%, contre 5% auparavant. Cependant, il table sur un Ebitda de 4,6 milliards de dollars et surtout sur un bénéfice par action annuel de 1,40 dollar. Un chiffre supérieur aux prévisions de Wall Street, qui ne mise que sur un chiffre de 1,34 dollar. Le groupe a notamment réduit ses dépenses d'investissement sur l'année de 100 millions de dollars, à 2,6 milliards.En revanche, le marché devrait être plus tendu sur la téléphonie mobile. Pour l'année, Sprint PCS (Personal Communications Systems) espérait 3 millions de nouveaux contrats. Selon lui, il devrait finalement en recueillir de 10 à 15% de moins. L'opérateur met en cause les politiques tarifaires agressives de ses concurrents et souligne que "certaines entreprises clientes ont retardé leurs achats en prévision du lancement des services à haut débit". Pour sa part, Sprint prévoit de lancer son réseau de troisième génération cet été. Les dépenses d'investissements de Sprint PCS vont donc elles aussi être réduites de 100 millions de dollars, pour revenir à 3,3 milliards de dollars. Au total, les réductions de dépenses d'investissement permettent de ramener les besoins de financement de 600 à 400 millions de dollars. La moindre croissance dans la branche mobile ne devrait toutefois pas avoir d'impact négatif dans l'immédiat. Sprint PCS attend un Ebitda de 800 millions de dollars au deuxième trimestre et surtout un bénéfice par action de 33 cents conforme aux pronostics du marché. Le redressement de cette division devrait donc se confirmer après la perte de 15 cents par action enregistrée au premier trimestre (voir ci-contre).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :