Faurecia dans le vert après son chiffre d'affaires

 |  | 507 mots
Lecture 2 min.
Le marché semble tellement redouter les mauvaises surprises que même des chiffres décevants sont accueillis favorablement par les investisseurs, à condition qu'ils aient été prévus. C'est ce qui se passe aujourd'hui avec Faurecia qui, dans un marché parisien en baisse, voit son action progresser, même si ce gain reste modeste. Vers 10h15, le titre gagne 0,66% à 61,20 euros après la publication de son chiffre d'affaires et enchaîne ainsi sa cinquième séance de hausse. Comme l'avait pré-annoncé le groupe, ses ventes du quatrième trimestre se sont tassées, de 2% à 2,37 milliards d'euros en données proforma intégrant les activités de Sommer Allibert.Seule l'activité de sièges d'automobile est en hausse à 875,3 millions d'euros de chiffre d'affaires (+8,5%). En revanche, les systèmes d'échappement, dont les ventes avaient fortement augmenté en début d'année grâce au prix des matières premières intégrées dans les catalyseurs, enregistrent le plus fort repli des trois derniers mois à 486,9 millions d'euros (-17,5%)."Le quatrième trimestre reflète comme prévu l'impact du ralentissement des programmes de fabrication de plusieurs grands constructeurs", se justifie Faurecia dans un communiqué.Il est vrai que si la baisse d'activité est manifeste, elle ne constitue pas pour autant une réelle surprise. D'une part le groupe avait averti en octobre que son activité reculerait (voir ci-contre). En outre, ces données du quatrième trimestre complètent un chiffre d'affaires annuel en ligne avec les attentes. Sur les douze derniers mois, Faurecia a de fait enregistré des ventes de 9,61 milliards d'euros (+14,5%) alors que le consensus, d'après les chiffres fournis par Aurel-Leven, attendait exactement le même chiffre.Mais l'absence de mauvaise surprise ne doit pas faire oublier que l'année 2001 aura constitué une période difficile pour Faurecia, et les équipementiers en général, pris en tenaille entre la hausse du prix des matières premières et la pression sur les marges exercée par les constructeurs. Du coup, Faurecia n'a pu que constater un long déclin de sa croissance au cours de l'exercice (voir ci-contre). De 23,1% au premier semestre, elle était passé à 21,1%, pour finalement tomber à 14,5% sur l'année. Une dégradation de l'activité qui a aussi été accompagnée de problèmes de rentabilité. Au premier semestre, Faurecia avait déçu en faisant part d'une rentabilité opérationnelle de 3%. Un chiffre qu'il s'était engagé à améliorer au second semestre. Mais début décembre et face à la baisse d'activité, l'équipementier avait été contraint de revoir cette objectif à la baisse, autour de 2% (voir ci-contre).Dans son communiqué, le groupe ne s'exprime pas sur ses perspectives d'activité pour 2002. Et de leur côté, les analystes se montrent prudents concernant l'exercice en cours. D'ailleurs, au-delà de l'activité, c'est surtout la rentabilité qui continue de les préoccuper. Par conséquent, alors que le titre a rebondi de plus de 7% depuis la fin décembre, la majorité des analystes estiment que l'action est déjà très correctement valorisée.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :