A Novo n'a pas atteint ses objectifs au 1er semestre

La société de services et de maintenance en téléphonie et vidéocommunication A Novo a publié, au titre du premier semestre de son exercice 2001/2002 (clos fin mars), une perte nette part du groupe de 7,7 millions d'euros, contre un bénéfice de 6,1 millions d'euros un an plus tôt. En termes consolidés, la perte s'élève à 7,4 millions d'euros contre un bénéfice de 6,3 millions l'année dernière.Pourtant A Novo est parvenu à générer un Ebitda de 25 millions d'euros, en hausse de 54,5%, et un chiffre d'affaires de 258,8 millions d'euros, en progression de 50%."Ces résultats ne sont pas conformes aux objectifs que s'était assignés le groupe", a indiqué la société dans un communiqué. Le résultat net a ainsi été affecté par divers facteurs, comme 6,5 millions d'euros de charges exceptionnelles nettes et 3 millions de dotations aux provisions exceptionnelles, liées à des fermetures de sites et des restructurations d'activités, essentiellement en Amérique du Nord et en Italie. Il a aussi fallu compter avec une dotation aux amortissements des écarts d'acquisition de 5,7 millions d'euros qui comprend des dépréciations de survaleurs à hauteur de 1,3 million. A Novo estime que l'impact des restructurations devrait produire des effets positifs dès l'été, "le niveau de résultat opérationnel restera affecté sur l'ensemble de l'exercice avec un effet additionnel plus limité sur le résultat exceptionnel du second semestre". Pour l'exercice en cours (clos fin septembre), le groupe a indiqué en décembre qu'il tablait sur un chiffre d'affaires en hausse de 55% à 575 millions d'euros, une marge opérationnelle à deux chiffres (contre 8,2% l'an passé) et un doublement de son résultat net. A Novo a dû céder ses activités de monétique (lire ci-contre) pour remédier à une situation financière préoccupante. Son endettement s'élève à 193,1 millions d'euros au 31 mars et le groupe a dû renoncer à une augmentation de capital en avril dernier en raison de conditions de marchés défavorables. Le groupe entend encore céder l'activité de "cartes et services" pour poursuivre son désendettement cette année. La société est toujours engagée dans "une phase de structuration des activités porteuses, de restructuration volontariste des activités déficitaires et d'arbitrage des sociétés n'appartenant pas au coeur de métier". Si la volonté d'assainissement semble réelle, le marché ne semble pas vraiment y croire. L'action est en chute libre de 81% depuis le début de l'année. Elle perd ce mardi 26,63% à 2,92 euros en clôture.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.