"La BoJ peut désormais injecter des liquidités"

"La Tribune". Où en est le processus d'assainissement de l'économie japonaise ?Nicks Edwards - Au regard du principal événement récent, la décision d'empêcher la faillite du principal distributeur, Daiei, les investisseurs ont eu le sentiment d'une opportunité perdue. Et comme le prouve l'évolution du Nikkei, les investisseurs l'ont interprété comme un retour en arrière en renouant avec la politique de l'autruche qui contraste avec le courant en faveur de la réforme voulue par le Premier ministre Koizumi. Et le projet de rapprocher un certain nombre de sociétés mal en point du secteur de la construction a ranimé le pessimisme à la Bourse de Tokyo. En janvier, seules les small caps ont tiré leur épingle du jeu.Que retenir de l'affaire Daiei ?En fait, ce sauvetage pourrait se révéler un succès. La réduction de la dette assortie de la fermeture de 50 magasins et de la vente forcée d'actifs n'est pas sans rappeler le sauvetage réussi de la maison de négoce Kanematsu. L'électrochoc peut être salvateur.Le programme de réforme n'est-il pas remis en cause avec la disgrâce du Premier ministre dans l'opinion publique ?Il est vrai que le départ du ministre des Affaires étrangères a porté un rude coup à la popularité de Koizumi. Mais je pense qu'au contraire cela va accélérer le programme de réforme. Le Premier ministre a besoin de reconquérir l'opinion. Quant au risque politique, le temps joue pour Koizumi puisque aucune élection importante n'aura lieu avant l'automne 2003. Ses efforts vont porter sur le système fiscal. A la mi-janvier, un groupe de travail a été mis en place avec pour objectif de baisser l'impôt sur le revenu et en créant un taux unique et bas sur les plus-values pour encourager l'investissement en action. Mais c'est sur le terrain monétaire que la réforme est la plus prometteuse. La Banque du Japon (BoJ) a obtenu les coudées franches pour injecter des liquidités et les banques ont été agréées pour se refinancer en recourant à la titrisation de papier commercial et de prêts hypothécaires. L'objectif est mis sur le combat contre la déflation. De son côté, Paul O'Neill, le secrétaire au Trésor américain, a indiqué qu'une croissance de 15 % de la masse monétaire était nécessaire pour assainir l'économie japonaise.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.