Les résultats d'Altran supérieurs aux attentes

 |   |  523  mots
Le bénéfice net annoncé par Altran Technologies mardi soir est supérieur aux attentes du marché, affichant une hausse de 44,2% à 134,3 millions d'euros. Les analystes tablaient, selon le consensus Ibes, sur un chiffre moyen de 123,2 millions d'euros. Le revenu net part du groupe augmente, lui, de 43,6% à 120,8 millions d'euros. Le résultat d'exploitation grimpe de 42% à 233,6 millions d'euros, représentant 18,3% du chiffre d'affaires.La marge nette avant survaleurs atteint 10,5% contre 10,3% en 2000, un record depuis six ans, souligne Altran dans un communiqué. La société a par ailleurs considérablement réduit son endettement puisque son gearing s'établit à 57,4% contre 81% en 2000. La capacité d'autofinancement (cash flow) augmente de 49% à 148,5 millions d'euros.En février, lors de la présentation du chiffre d'affaires annuel (en hausse de 42%), Michel Friedlander, le PDG d'Altran, s'était félicité de cet "excellent exercice 2001, avec un quatrième trimestre exceptionnel dans l'absolu, et encore plus exceptionnel compte-tenu de la conjoncture économique" (voir ci-contre). Il avait dès lors renouvelé sa confiance quant aux perspectives de résultats, précisant attendre une hausse du bénéfice net au moins égale à celle du chiffre d'affaires. Par ailleurs, alors que nombre de groupes déplorent un manque de visibilité pour l'avenir, Michel Friedlander s'était également montré très serein pour l'année en cours. "Sur la base des contrats en cours et des nouvelles parts de marché, Altran prévoit en 2002 une croissance d'au moins 30 % du chiffre d'affaires et du résultat. Cette visibilité n'intègre pas une éventuelle amélioration de la conjoncture", avait-il précisé. Le PDG a maintenu ce mardi ces prévisions en spécifiant que le chiffre d'affaires réalisé à l'étranger représentera 50% de l'activité totale. Pour 2003, Altran prévoit que son objectif d'un chiffre d'affaires de deux milliards d'euros sera "dépassé", et entend atteindre le chiffre de 40.000 salariés en 2005.Lundi, Altran a également fait un pas important dans sa stratégie de développement en annonçant qu'il allait devenir propriétaire de la marque Arthur D. Little, la société de conseil américaine actuellement en faillite.Les dirigeants d'Arthur D. Little vont reprendre les activités saines de la société, en particulier celles de conseil en management en Europe, Asie et Amérique latine et celles de conseil en environnement et risques en Europe et en Asie, dans le cadre d'un Management Buy-Out. Des activités qui emploient plus de 1.000 personnes, soit 40% des effectifs d'Arthur D. Little. Par la suite, Altran aura la possibilité d'acquérir tout ou partie du groupe d'activités visées par le MBO.Un porte-parole d'Altran, contacté lundi par Reuters, a précisé que le groupe a engagé 56 millions de dollars (64 millions d'euros) pour soutenir l'opération. En revanche, le groupe n'est pas exposé aux dettes de la firme ou aux difficultés des autres activités qui seront vendues à part.L'action Altran effectue un rattrapage à la Bourse de Paris. Alors que lundi soir, elle perdait 9% sur le mois d'avril, elle a inversé la tendance mardi en avançant de 2,6%. Mercredi, elle poursuit son rebond et s'octroie 5,4% à 64,40 euros en fin de journée.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :