Encore un lundi noir pour le Cac qui plonge de 5%

Décidément, le CAC a pris la bien mauvaise habitude de débuter la semaine sur une note catastrophique. Ce lundi, c'est la faillite de WorldCom qui a servi de catalyseur à la déprime des traders. Confrontés à la plus gosse faillite jamais enregistrée aux Etats-Unis (40 milliards de dollars), les investisseurs, malgré certain fatalisme face à une nouvelle anticipée, repassent une couche de noir sur les marchés d'actions.Dans ce contexte, Paris enfonce un nouveau plus bas depuis 4 ans, largement sous les 3.200 points. L'indice plonge de 5,25% à 3.149,69 points. Si les pharmaceutiques et les valeurs de l'assurance pèsent lourdement sur la tendance, aucun secteur n'est épargné.Les pharmaceutiques reculent nettement, affectées par l'enquête ouverte par les autorités américaines sur Johnson & Johnson sur la gestion de son usine portoricaine. Les perspectives de croissance de résultats annuels annoncées par le Novartis n'apportent aucun soutien au secteur le Suisse ayant fait état d'une baisse de 8% de son bénéfice net au deuxième trimestre. Aventis abandonne 7,65% à 56,7 euros et Sanofi-Synthélabo 4,93% à 55. Aurel Leven a abaissé son objectif de cours sur ces deux dernières valeurs.En marge des pharmaceutiques, la chimie ne résiste pas mieux. Rhodia abandonne 7,76% à 8,2 euros. Le groupe a annoncé s'être engagé à céder la totalité des 88,4% qu'il détient dans Rhodia Ster à l'italien Gruppo Mossi & Ghisollfi. Le montant de l'opération n'a pas été révélé.L'assurance est l'autre secteur très malmené après l'avertissement sur résultats lancé par Aegon. L'assureur néerlandais a en effet indiqué ce matin que son résultat net annuel devrait être inférieur de 30 à 35% à ses précédentes estimations. Axa accuse la plus forte baisse du CAC 40 avec un plongeon de 10,91% à 12,09 euros. AGF résiste mieux mais perd tout de même 4,88% à 35,6 euros.Les bancaires sont également sous pression malgré leur exposition très limitée à WorldCom. Le Crédit Agricole cède 1,82% à 18,9 euros et la Société Générale -5,71% à 49,28 euros. La BNP et le Crédit Lyonnais perdent respectivement 6,43% et 4,37%. Les TMT après avoir relativement résisté tout au long de la séance se sont effondré peu avant la clôture. Alcatel longtemps inchangé, cède 5,87% à 5,93 euros, alors que sa filiale Nexans perd 3,54% à 17,7 euros après l'annonce d'une perte nette de 11 millions d'euros au premier semestre. Le chiffre d'affaires recule de 12,1% à 2,22 milliards d'euros. Le fabricant de câbles indique que le résultat net devrait afficher une perte sur l'ensemble de l'année en raison des frais de restructuration, environ 67 millions d'euros, qui seront provisionnés sur l'exercice.La chute du CAC a finalement eu raison de la résistance de France Télécom qui abandonne 4,22% à 13,62 euros. Selon sept analystes interrogés par Bloomberg, l'opérateur devrait annoncer, jeudi, une hausse de 10% de son chiffre d'affaires semestriel. Sa filiale Orange perd 2,45% à 4,78 tandis qu'Equant, qui pourrait profiter de la défaillance de Worldcom, affiche l'une des rares hausses de la journée (+1,71% à 7,14 euros).Vivendi Universal décroche de 6,7% à 16,28 euros malgré les informations du Figaro économie. Le quotidien croit savoir que si VU entend conserver Canal +, la chaîne cryptée se délestera de ses filiales non rentables. Parmi ces dernières, figurent notamment Canal + Espagne, Canal + Belgique, StudioCanal et UGC. L'action Canal + chute de 4,7% à 3,85 euros. Vivendi Environnement perd de son côté 3,22% à 25,51 euros. Moody's a abaissé sa notation sur la dette senior non garantie du groupe à long terme.A contre-courant de la tendance,  M6 s'adjuge 1,06% à 23,85 euros. La chaîne de télévision a annoncé une hausse de 12,3%, à 468,9 millions d'euros, de son chiffre d'affaires au premier semestre. Les recettes publicitaires ont cependant reculé de 1,8% à 288 millions d'euros.TF1 cède en revanche 4,75% à 23,65 euros à la veille de la publication de son chiffre d'affaires au premier semestre.Enfin, Eurotunnel progresse de 1,12% à 0,9 euro. Le groupe a annoncé une perte nette de 138 millions d'euros au premier semestre, contre un déficit de 85 millions un an plus tôt. Le bénéfice d'exploitation ressort à 156 millions d'euros contre 157 millions. L'opérateur du tunnel sous la Manche a par ailleurs confirmé son objectif d'une couverture de ses charges financières par sa trésorerie d'exploitation dès 2002.Charles-Etienne LebatardCopyright Invest

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.