Semestre tourmenté pour les réassureurs

 |  | 729 mots
Attentats du 11 septembre, chute des Bourses, et maintenant inondations, les temps sont durs pour les réassureurs européens. Pour Walter Kielholz, le PDG de Swiss Re, "les douze derniers mois ont été un test difficile pour tous les intervenants". Et Munich Re, son grand concurrent allemand, n'est guère plus optimiste.Swiss Re a annoncé ce matin une chute de 90% de son bénéfice net au premier semestre 2002, à 118 millions de francs suisses contre 1,3 milliard un an plus tôt. Le volume de primes net, l'équivalent du chiffre d'affaires, a lui progressé de 16% à 13,8 milliards de francs suisses, en raison de la hausse des tarifs pratiquée par le groupe.Le fort recul du bénéfice s'explique principalement par des dépréciations d'actifs investis sur les marchés actions. Le groupe a dû provisionner 917 millions de francs suisses pour faire face à la chute de la valeur de son portefeuille d'actions. Le résultat des activités de finance et d'investissement est ainsi passé de 3,9 milliards de francs suisses au premier semestre 2001 à 2,6 milliards sur la même période cette année.La réassurance vie, pôle de résistance traditionnel du secteur, se maintient bien. Le résultat opérationnel de Swiss Re dans cette branche a progressé de 25% au premier semestre, à 7,5 milliards de francs suisses, en partie grâce à l'intégration de la société Lincoln Re.Enfin pour la branche "dommages", Swiss Re a augmenté les primes et sélectionné davantage les dossiers tout en poursuivant son désengagement. Ce qui explique la chute du résultat à 104 millions de francs suisses contre un milliard l'année dernière. C'est naturellement dans cette branche que seront comptabilisés les dommages dûs aux inondations qui ont frappé l'Europe cet été. Swiss Re s'attend ainsi à reçevoir pour 250 millions de francs suisses de demandes d'indemnisations.Pour les mois à venir, le groupe mise sur le rebond des marchés pour parvenir à un "résultat satisfaisant", sans donner plus de perspectives. Le réassureur concurrent, l'allemand Munich Re, a publié ses chiffres trimestriels plus tard dans la matinée. Le numéro un mondial du secteur a enregistré une perte nette de 383 millions d'euros au deuxième trimestre 2002, après un bénéfice de 493 millions un an plus tôt. Une plongée dans le rouge qui était cependant anticipée par les opérateurs. Le résultat se révèle ainsi meilleur que ce qu'attendaient les analystes interrogés par l'agence AFX, qui tablaient sur perte après impôts comprise entre 430 millions et 1,09 milliard d'euros. Les analystes interrogés par Reuters attendaient en moyenne une perte de 990 millions d'euros.Le groupe a été pénalisé par sa filiale américaine, American Re, qui, avec les conséquences du 11 septembre, et en raison de provisions passées pour couvrir la chute des marchés, enregistre une perte avant impôts de 1,2 milliard d'euros au deuxième trimestre 2002, contre un bénéfice de 4,8 milliards au premier. La filiale fait par ailleurs face à des demandes de remboursement non prévues remontant à 1997. Munich Re a ainsi dépensé 2 milliards d'euros pour aider sa filiale américaine, une charge qui avait été annoncée aux marchés en juillet dernier.Autre cause de la plongée dans le rouge, Munich Re a passé des dépréciations d'un montant de 1,5 milliard d'euros dans son portefeuille d'actions, qui ont pesé sur le résultat net du deuxième trimestre à hauteur de 787 millions d'euros. Le groupe n'exclut pas de nouvelles dépréciations dans les mois qui viennent. Si le groupe a chiffré le coût des récentes inondations à 500 millions d'euros, il estime ne plus être en mesure de fournir un pronostic de bénéfice net pour l'exercice en cours, alors qu'il espérait jusqu'à présent un bénéfice de 1,7 milliard d'euros. "Nous préfèrons nous abstenir de donner une prévision de résultat pour l'exercice fiscal en cours", explique le président du directoire Hans Juergen Schinzler. "Les incertitudes" concernant la conjoncture et les marchés boursiers "font qu'il est compliqué de donner une prévision fiable".Suite à ces publications, tout le secteur termine dans le rouge ce jeudi. Le titre Swiss Re chute de 13% à Zurich. L'action Munich Re baisse 3,52% sur le Dax, tandis que Scor perd 4,91% et Axa dévisse de 6,92%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :