Le marché parisien rechute

Le syndrome Enron persiste et le pessimisme perdure, en l'absence de statistiques et d'indicateurs nouveaux. Sous le poids du nouveau recul des technologiques, le CAC 40 perd 0,98 % à 4.245,2 points.Un petit rebond et ça repart... à la baisse. Le marché parisien ne parvient pas à se sortir de la morosité ambiante. Marqué par la forte baisse de Wall Street hier, et surtout du Nasdaq (-3,42 %), touché, encore et toujours, par le syndrome Enron, le CAC 40 a repiqué du nez vendredi, dernier jour du mois boursier. Une liquidation qui se solde sur une baisse de 0,98 % à 4.245,2 points, au-dessus du support de 4.238 points, actuellement cher aux chartistes. Signe de la déprime, seules dix valeurs du CAC 40 finissent la semaine en hausse. A la tête de celle-ci, la Société Générale gagne 1,81 % à 64,85 euros, bénéficiant de plusieurs relèvements de recommandations suite à ses résultats 2001. LVMH (+0,52 % à 48,5 euros), continue de profiter de son statut de valeur refuge et de sa stratégie de recentrage sur le luxe. Aventis regagne également du terrain (+ 0,42 % à 82,85 euros). Danone et Vivendi Environnement sont également dans le vert avec des gains respectifs de 0,38 % à 131,7 euros et de 0,27 % à 36,9 euros.Le tableau est beaucoup moins réjouissant pour les technologiques. Cap Gemini enregistre la plus forte baisse du CAC 40 (- 5,33 % à 71 euros). La SSII a eu le " tort ", dans le contexte actuel, de ne prévoir la reprise que pour la seconde partie de l'année, alors que certains prédisent l'échec de sa fusion avec Ernst & Young. Mauvaise journée également pour France Télécom. En perdant 4,12 % à 28,6 euros, l'action se rapproche un peu plus de son cours d'introduction de 27,75 euros, alors que l'affaire Mobilcom continue de semer le doute dans l'esprit des investisseurs.Orange suit le mouvement de sa maison-mère. Cette dernière pourrait placer des actions de l'opérateur de téléphonie mobile pour réduire sa dette, malgré un cours peu attractif. L'action perd 4,19 % à 6,4 euros. Les deux autres valeurs de la galaxie France Télécom plongent également. Wanadoo, qui perd 3,41 % à 5,38 euros, et Equant (- 6,36 % à 9,13 euros) sont victimes de la défiance envers leur actionnaire principal. A signaler également la nouvelle dégringolade d'Infogrames (-10,07 % à 10,09 euros). Malgré des prévisions encourageantes, l'éditeur de jeux vidéo n'est toujours pas parvenu à convaincre un marché qui semble ne plus vouloir croire à grand chose...Jerome LibeskindCopyright Investir.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.