Bond en avant des résultats de General Motors

General Motors n'en finit pas de surprendre agréablement. Le constructeur, qui avait dépassé les attentes au premier trimestre, a récidivé sur les trois mois suivants. En excluant les éléments exceptionnels et sa filiale de communications Hugues, il a en effet dégagé un bénéfice de 1,5 milliard de dollars sur la période, soit 2,63 dollars par action. Un chiffre deux fois plus élevé que celui annoncé un an plus tôt et supérieur de 89% à celui affiché au premier trimestre de l'année en cours (voir ci-contre). Il est en outre largement plus élevé que les pronostics. Les analystes du consensus First Call n'attendaient qu'un BPA de 2,25 à 2,52 dollars (avec un moyenne à 2,42 dollars) et le groupe lui-même n'espérait pas plus de 2,40 dollars.Le groupe met en avant la hausse notable des ventes (le chiffre d'affaires est passé de 44,2 à 46 milliards de dollars en un an), mais aussi ses efforts continus de réduction des coûts.Par ailleurs, les éléments annexes n'ont guère pesé sur les comptes. En intégrant Hugues et les exceptionnels, le résultat reste positif de 1,3 milliard de dollars, soit 2,43 dollars par action (BPA). Un résultat deux fois et demi supérieur à celui du deuxième trimestre 2001. GM n'a donc aucune raison de bouder son plaisir. "Les résultats du second semestre montrent que notre stratégie, qui consiste à offrir des produits-phare, à être agressifs sur le marché, à se focaliser sur les réductions de coûts et à améliorer la qualité, porte ses fruits", note le directeur général de GM, Rick Wagoner. Et le constructeur ne compte pas s'arrêter là. "Nous sommes déterminés à maintenir cette tendance au second semestre", ajoute Jack Smith, le président.Comme précédemment, GM espère produire plus de 5,5 millions de véhicules aux Etats-Unis en 2002. Du coup, il prévoit un BPA de 90 cents au troisième trimestre et toujours un résultat de 6 dollars par action sur l'année, hors Hugues et exceptionnels. Un chiffre qui a été plusieurs fois réévalué, puisqu'en début d'année la prévision n'était que de 3 dollars.Seul le dossier Fiat vient ternir le tableau. L'Américain avait acquis en 2000 une participation de 20% dans Fiat Auto Holdings pour un montant de 2,4 milliards de dollars. Mais depuis le groupe italien a rencontré de nombreuses difficultés. GM précise, à ce titre, qu'il procède actuellement au réexamen de la valeur de cette participation et il n'exclut pas une "dépréciation significative" au troisième trimestre.Malgré la qualité des chiffres publiés, l'action GM cède 1,9% à 47,01 dollars deux heures après l'ouverture de Wall Street. Il est vrai que dans le contexte de déprime actuel, les investisseurs semblent vouloir rester prudents, quelle que soit la qualité des dossiers.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.