Paris termine en baisse mais au-dessus des 4.000 points

Après avoir longtemps tourné autour de la barre des 4.000 points, le CAC 40 se maintient d'un cheveu au-dessus à la clôture, mais finit tout de même en recul, sous l'impulsion de la baisse des marchés américains malgré des statistiques encourageantes en provenance des Etats-Unis. Ainsi l'indice parisien finit en recul de 0,14% à 4.004,93 points alors que les investisseurs se sentent rassurés par des prix restés inchangés aux Etats-Unis au mois de mai et par les mises en chantier de logements qui ont progressé de 11,6%. Dans ce contexte, LVMH et Pinault Printemps s'offrent les deux plus fortes progressions de l'indice à la veille de la publication des résultats trimestriels de Gucci. Le premier gagne 2,78% à 51,7 euros et le second 2,52% à 126 euros.Mais c'est Vivendi Universal qui retient le plus l'attention des investisseurs. Le titre progresse de 1,68% à 30,2 euros, dans un volume supérieur à 6,8 millions de titres. Le marché salue l'annonce enfin officielle de la prochaine cession de 15% de Vivendi Environnement. Une opération dont le produit servira au désendettement du VU. En baisse ce matin, l'action de la filiale de VU gagne désormais 0,46% à 32,65 euros.Les grandes technologiques marquent une pause après leur rebond de la veille. Alcatel cède 1,85% à 10,1 euros et France Télécom 3,03% à 16,3 euros. Selon une source citée par Reuters, un accord avec les créanciers de Mobilcom pourrait être conclu dès cette semaine. Cette même source indique que le groupe refuse de commenter un article du Wall Street Journal selon lequel Gerhard Schmid aurait accepté de revoir à la baisse le prix qu'il demande pour la cession de ses 40% dans Mobilcom.STMicroelectronics recule de 1,16% à 24,66 euros, alors que son rival allemand Infineon vient d'annoncer une alliance avec les américains Motorola et Agere dans le développement des composants de traitement numérique du signal (DSP). Le Financial Times rapportait ce matin que STM envisage une acquisition majeure en Asie ou aux Etats-Unis. Le groupe franco-italien pourrait en effet mettre à profit la chute actuelle des marchés pour prendre part à la consolidation du secteur des semi-conducteurs. Citant des banquiers, le quotidien évoque les noms du japonais Toshiba et de l'américain Motorola.A contre-courant, Cap Gemini s'adjuge 3,82% à 47,59 euros. Dresdner Bank est passé à la vente sur la valeur tandis que CSFB maintient son conseil d'achat sur le titre, tout en réduisant son objectif de cours à 60 euros.Thales gagne 0,12% à 42,23 euros. GFI Informatique a racheté Thales IS, la filiale informatique du groupe d'électronique, pour 338,6 millions d'euros. L'action GFI Informatique est suspendue de cotation. Parmi les valeurs plus traditionnelles, Danone monte de 0,64% à 141 euros. Le groupe a conclu un accord de partenariat avec Coca-Cola pour la commercialisation et la distribution de ses eaux minérales aux Etats-Unis. Le géant d'Atlanta paiera 128 millions de dollars pour une participation de 51% dans l'entreprise commune qui contrôlera les marques d'eaux américaines du groupe français.Sanofi Synthélabo gagne 1,73% à 58,9 euros. Le groupe projette de faire son entrée à Wall Street le 1er juillet. L'introduction d'American Depositary Receipts (ADR) sur le New York Stock Exchange est toutefois conditionnée à l'approbation de la SEC, indique Sanofi.Aventis, en revanche, corrige de 5,16% à 69,8 euros au lendemain d'une progression de 6,98%. Le laboratoire pharmaceutique a annoncé ce matin qu'il était en ligne avec ses objectifs. Pour 2002, le groupe table sur une croissance de son chiffre d'affaires comprise entre 11 et 12%, et d'environ 30% de son bénéfice par action. Aventis compte en effet sur sept produits phares pour figurer parmi les groupes les plus performants de son secteur.En dehors du CAC, Alstom perd 2,27% à 10,75 euros, après une hausse de 11 % hier, au terme de son augmentation de capital de 636 millions d'euros.Vallourec progresse de 0,71% à 63,8 euros. Sa filiale Vallourec Mannesmann Oil and Gas France a annoncé la conclusion d'un accord de coopération avec TotalFinaElf pour la fourniture de tubulaires pour les forages.Enfin, Club Méditerranée bondit de 4,41% à 35,5 euros. Le groupe a accusé une perte d'exploitation de 4 millions d'euros au premier trimestre 2001-2002, alors que les analystes tablaient généralement sur une perte d'exploitation de 10 millions d'euros.Jérôme LibeskindCopyright Invest

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.