"L'immobilier n'a pas sa place en Bourse"

 |  | 385 mots
Lecture 2 min.
"La Tribune". Pourquoi un promoteur comme Nexity se met-il à développer un patrimoine propre ?Alain Dinin. Nous sommes effectivement en train de racheter à Vivendi des actifs immobiliers pour un montant de 120 millions d'euros. Ces actifs se composent en partie de terrains en Ile-de-France et en province que nous avons l'intention de lotir de logements dans le cadre de notre activité de promotion. Ils se composent également de bureaux et de locaux d'activités totalement loués que nous conserverons. C'est là une façon de conjuguer les cycles de l'immobilier. Nous nous constituons ainsi un amortisseur, à même de prévenir un ralentissement conjoncturel. A notre activité de promoteur, qui nous apporte un rendement élevé des capitaux investis, nous ajoutons une activité patrimoniale au rendement certes plus faible mais davantage récurrent. D'ici à trois ans nous espérons que la moitié de nos revenus proviendra de cette activité, alors que les services ne nous en procurent actuellement que 5 %.Comment expliquez-vous que les acteurs non cotés soient privilégiés par les industriels qui vendent leurs immeubles ?- Notons tout d'abord qu'il y a peu d'acteurs cotés dans le secteur. Et, à l'exception du promoteur Kaufman & Broad, ce sont de pures foncières qui souffrent toutes, plus ou moins, d'une décote en Bourse sur la valeur de leur patrimoine. Cette décote rend difficile des achats payés en cash. Alors que la valeur de ces actifs sera affecté d'une décote aussitôt intégrée dans leur patrimoine. Tout cela ne leur permet donc pas d'acheter au prix du marché. Car les vendeurs exigent un paiement comptant.Vous-même semblez moins pressé de faire coter Nexitiy ?- Notre perception du contexte boursier actuel ne nous incite pas à une entrée en Bourse proche. Les analystes, friands d'histoires à raconter à leurs clients privilégient trop les effets d'annonce. Tant qu'on ne retrouvera pas un rapport rationnel entre les résultats et les capitaux propres, il y aura une vraie difficulté dans l'évaluation d'acteurs opportunistes qui, comme nous, sont sensibles aux variations de leur marché. Toutefois, le très bon comportement des acteurs de l'immobilier en Bourse depuis le début de l'année pourrait nous faire changer d'avis et, en tout cas, nourrit notre réflexion sur une éventuelle cotation de Nexity.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :