Le marché attend un deuxième trimestre plat chez LVMH

Avancer la publication de chiffres semestriels est décidément à la mode dans le secteur du luxe. Après PPR, qui lundi a annoncé que son chiffre d'affaires serait finalement publié jeudi matin, c'est aujourd'hui au tour de LVMH (propriétaire de La Tribune) de décaler l'annonce de son chiffre d'affaires semestriel. Initialement attendue le 25 juillet par le marché, la publication aura lieu mercredi avant Bourse. Globalement, les analystes prévoient un deuxième trimestre légèrement moins bon que le premier, et ce pour deux raisons principales. Le deuxième trimestre 2001 était le meilleur de l'année et constitue une base de comparaison élevée. Par ailleurs, les ventes auraient souffert de la coupe du monde, les Coréens et surtout les Japonais ayant temporairement délaissé les magasins.Aurel-Leven table par exemple sur un chiffre d'affaires en baisse de 0,5% à 2,92 milliards d'euros au deuxième trimestre, contre une hausse de 8% au premier (voir ci-contre). L'analyste précise que l'effet de périmètre devrait être positif de 4,7% en raison de l'intégration de Donna Karan et de Fendi. En revanche, le groupe devrait avoir pâti du repli du yen et du dollar, d'où un effet de change attendu à -3,5%. Des chiffres qui montrent qu'Aurel-Leven attend un repli des ventes de 1,8% en données internes. "Le tourisme, bien qu'en légère amélioration, tarde néanmoins à retrouver les niveaux d'avant le 11 septembre", souligne le bureau parisien.L'opinion est sensiblement identique, quoiqu'un peu plus optimiste, chez KBC Securities. D'après Reuters, le bureau belge ne pronostique pas d'amélioration de la croissance interne, par rapport au chiffre d'à peine 2% affiché au premier trimestre.Sur l'ensemble du semestre, cela devrait donner un chiffre d'affaires de 5,88 milliards d'euros, selon les estimations d'Aurel-Leven, soit une hausse de 3% et une croissance organique nulle. De son côté, KBC mise sur une progression globale de 5,9% qui se décompose comme suit: +6% d'effet de périmètre, -1,5% d'effet de change et +1,4% de croissance interne.Mais pour les professionnels, les véritables enjeux sont à plus long terme. LVMH a indiqué récemment attendre une hausse de 10% de son résultat opérationnel en 2002 (voir ci-contre). Du côté des analystes, Aurel-Leven ne donne pas de chiffre mais dit attendre un "rebond significatif" de ce même indicateur. La fin de l'année devrait donc être plus favorable au groupe, mais l'état du marché inquiète encore quelques observateurs. Ainsi, Goldman Sachs a ce matin revu à la baisse ses estimations de résultats pour 2002 et 2003 (de 7 et 6%). "Nous attendons une bonne nouvelle sur le front de la restructuration mais une faible croissance étant donné les conditions du secteur", explique l'intermédiaire américain.En Bourse, cela n'empêche pas le titre de gagner 3,62% à 41,25 euros en fin d'après-midi. Il faut dire que la hausse prend des airs de rebond technique alors que, depuis deux mois, l'action a perdu 35% de sa valeur.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.