Péchiney plie en Bourse suite à des perspectives abaissées

Tournant le dos à un marché parisien qui rebondit, l'action Péchiney fait grise mine. En fin d'après-midi, elle perd 3,93% à 38,15 euros, alors que le groupe français a revu à la baisse ses perspectives annuelles."Nous sommes dans un environnement économique extrêmement difficile avec la chute du dollar et de l'aluminium, des marchés terminaux faibles, notamment dans l'aéronautique aux Etats-Unis et dans la partie luxe de l'emballage cosmétique", a déploré Jean-Pierre Rhodier, le président de la société, au cours d'une réunion. Dès lors, la marge opérationnelle du deuxième semestre devrait être "significativement plus faible" que celle du premier. Compte tenu des 241 millions d'euros dégagés sur les six premiers mois, il n'est donc plus question, sur l'année, d'atteindre les 549 millions d'euros initialement prévus. Il faut dire que ce pronostic était basé en moyenne sur un euro à 90 cents et un prix de l'aluminium de 1.450 dollars la tonne. Or, l'euro est aujourd'hui à la parité et le prix de l'aluminium a chuté. Péchiney n'a pas donné de nouvelles prévisions. Mais son président a indiqué que la sensibilité de la marge opérationnelle était de 90 millions d'euros pour une variation de 100 dollars du cours de l'aluminium, et de 60 millions d'euros pour une variation de l'euro de 5 cents. Selon Péchiney, les tendances actuelles laissent entrevoir un cours de l'aluminium moyen de 1.360 dollars en 2002. Cela pourrait donc lui coûter 80 millions d'euros de marge opérationnelle. Il n'a en revanche pas voulu préjuger de l'évolution du dollar. Mais, si l'euro se maintient à la parité sur la fin de l'année, on peut en estimer l'impact à 60 millions d'euros. Du coup, la marge opérationnelle pourrait être affectée de 140 millions d'euros par rapport à l'an dernier. Elle n'atteindrait alors que 410 millions d'euros, soit un repli de 25%.La prudence du groupe apparaît d'autant plus décevante que les résultats du premier semestre ont été relativement bien accueillis. Sur le seul deuxième trimestre, la marge opérationnelle est ressortie à 137 millions d'euros (-3,5%) contre 115 millions attendus en moyenne. "Pechiney résiste beaucoup mieux à la crise qu'il ne l'aurait fait il y a quelques années et notre marge opérationelle évolue plus favorablement que celle de nos meilleurs concurrents", a souligné Jean-Pierre Rhodier. D'où la marge opérationnelle de 241 millions d'euros sur le premier semestre (-21,7%).Moins flatteur, le résultat net a quant à lui été divisé par 3,7 à 46 millions d'euros. Le groupe a notamment subi l'effet d'amortissements exceptionnels et de charges de restructurations. Concernant les restructurations, Péchiney a d'ailleurs précisé que les économies réalisées dans le cadre du plan "progrès continus" étaient de 77 millions d'euros à fin juin. D'après le groupe, c'est tout à fait en ligne avec son programme qui prévoit 450 millions d'euros d'économies sur trois ans.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.