Paris rechute avec Wall Street

Le CAC termine quasi stable. L'embellie provoquée par l'annonce d'un PIB américain meilleur que prévu au premier trimestre a été de courte durée. Les économistes estiment que la vigoureuse croissance qu'a connue l'économie américaine durant les trois premiers mois de l'année risque d'être sans lendemain. "Le ralentissement de la baisse des stocks signifie qu'il sera plus difficile d'obtenir une amélioration du PIB au cours des trimestres suivants", analyse l'un d'entre eux. Et pour finir de doucher toute velléité d'enthousiasme, l'indice de l'Université du Michigan montre une baisse du moral des consommateurs américains. Les investisseurs ont fait leur l'analyse pessimiste des économistes, d'autant que la reprise constatée au niveau macro-économique tarde à se traduire dans les comptes des entreprises. Les marchés américains sont repartis à la baisse. Le rebond a donc fait long feu et la Bourse de Paris termine sur un micro recul de 0,07 % à 4.453,08, perdant ainsi plus de 3 % sur l'ensemble de la semaine.Quelques grosses applications ont gonflé le volumes du CAC, notamment sur L'Oréal (1,246 million de titres), Danone (770.000 titres), Suez (2,033 millions), LVMH (841.000), Aventis (594.000) et Lafarge (515.000). 3 milliards d'euros ont été échangés sur l'indice.Cap Gemini sauve son rebond et maintient une progression de 2,56% à 64,5, signant ainsi la plus forte hausse du CAC. L'action a perdu près de 7% hier, à l'annonce de résultats du premier trimestre décevant et de perspectives moroses pour le reste de l'année.Autre gagnant du jour, EADS qui profite d'une commande de trois Airbus de la Cathay Pacific pour s'envoler de 2,03%. Mais le lauréat toute catégorie est Wavecom qui gagne encore plus de 6%. En quatre séances, le titre a monté de plus de 45%. Schneider, plombé depuis deux séances par son mauvais chiffre d'affaires du premier trimestre, reprend 1,99%. En revanche Vivendi Universal est reparti à la baisse à 36,75 (-0,73%).Equant reste également à l'écart de la reprise. La filiale de France Télécom accuse une baisse de 6,04% à 10,88 euros. L'opérateur de services télécoms internationaux souffre des mauvais résultats trimestriels annoncés par son concurrent américain WorldCom qui font craindre qu'Equant ne publie lundi soir un chiffre d'affaires décevant. Des craintes que la société qualifie d'injustifiées. La plus forte baisse du CAC revient à Thomson Multimédia qui chute de 3,8% à cause des inquiétudes sur le niveau de la reprise aux Etats-Unis où le français est très implanté.Charles-Etienne LebatardCopyright Invest
Replay - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.