"La grande distribution reste bien orientée"

 |  | 421 mots
Lecture 2 min.
La Tribune - La crise argentine remet-elle en cause la stratégie de développement des groupes de distribution en Amérique Latine ?Alban Eyssette - Pas du tout. Un groupe comme Carrefour est présent en Argentine depuis 1982 et la crise actuelle n'est pas pire que les crises d'hyper-inflation auxquelles les groupes de distribution ont déjà été confrontés par le passé en Amérique Latine, notamment au Brésil. La situation en Argentine pourrait même offrir des opportunités d'acquisitions pour des groupes qui n'ont pas encore atteint la taille critique dans le pays. C'est notamment le cas de Casino.L'impact négatif de la crise sur les comptes des distributeurs présents dans le pays a déjà été pris en compte par le marché. Car celle-ci n'est pas nouvelle, elle s'est juste exacerbée depuis le mois de décembre. Seul l'impact induit par la dévaluation du peso n'était pas encore prévu. Et il sera faible. Il devrait par exemple représenter un manque à gagner de 1 à 2% en termes de chiffre d'affaires pour Carrefour. Quelles sont les perspectives boursières du secteur à court terme ?Le secteur s'est globalement bien comporté en 2001 et a rempli son rôle défensif. En ce début d'année, la visibilité est encore faible sur les secteurs plus sensibles tels que les TMT. La grande distribution devrait donc rester bien orientée, et ce d'autant plus que le secteur a sous-performé le marché en décembre. Il devrait en outre bénéficier des bonnes nouvelles publiées jeudi soir par Carrefour, notamment sur la reprise des volumes de ventes en France et en Espagne.En France, la stabilisation des prix à la pompe attendue cette année devrait favoriser une croissance d'environ 2 à 2,5% pour les hypermarchés contre les 1,8% enregistrés en 2001. Par contre, l'inflation sur les produits frais, qui a permis une progression des ventes des supermarchés de 4,4% en 2001, ne devrait pas se reproduire en 2002. Sur ce segment, nous attendons une croissance d'environ 3-3,5% cette année.Quelles valeurs privilégiez-vous actuellement ?Pour les raisons que j'ai évoquées, Carrefour devrait regagner du terrain face à ses concurrents, notamment face au britannique Tesco vis-à-vis duquel il présente une décote d'environ 10% en termes de valeur d'entreprise sur Ebitda. Peu cher, le titre Casino est également intéressant. Enfin Metro, qui est majoritairement présent en Europe, devrait bénéficier de sa faible exposition dans les pays émergents.Propos recueillis par Hélène Mazie

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :