Alcatel dégradé au rang de "junk bond" par Moody's

La décision était pressentie depuis la semaine dernière. Pourtant elle a provoqué quelques turbulences dans le parcours de l'action Alcatel. Dès que l'abaissement de la notation de le dette de l'équipementier par Moody's a été rendu public, l'action a dévissé à la Bourse de Paris. Elle a alors cédé jusqu'à 12,7% avant de se reprendre pour terminer en baisse de 2,24% à 6,55 euros.L'annonce de Moody's marque une étape importante pour le groupe de Serge Tchuruk. Car en passant de Baa2 à Ba1 sur la dette à long terme, l'agence signifie qu'elle place Alcatel dans la catégorie des émetteurs spéculatifs ("junk bonds"). Le Français rejoint ainsi les équipementiers Lucent et Nortel, déjà placés dans ce compartiment.La note de la dette à court terme a également été révisée à la baisse, de "Prime-2" à "Not-prime". Moody's a ajouté que les perspectives de ces deux notes restaient pour l'instant négatives. L'agence nourrit des inquiétudes quant à la demande en équipements de télécommunications dans les deux ans à venir et pense que le groupe aura des difficultés à ajuster ses coûts à l'environnement. La notation de la dette d'Alcatel avait été placée sous surveillance négative au mois de mai à la fois chez Moody's et chez Standard & Poor's. Et l'annonce par le groupe qu'il n'atteindrait pas son objectif de résultat opérationnel en 2002 avait déclenché, la semaine dernière, des craintes de dégradation (voir ci-contre).Face à un repli du titre de plus de 16,25% sur la journée du 3 juillet, l'équipementier avait alors réagi pour tenter de redonner confiance aux investisseurs. Il avait notamment indiqué que, bien qu'étant classés en "junk bonds", Lucent et Nortel "continuent à fonctionner normalement". Et surtout, "il n'y a pas de problèmes de liquidité", avait rétorqué le directeur financier, Jean-Pascal Beaufret, en évoquant les 4 milliards de trésorerie pour un endettement qui devrait être ramené à 2 milliards d'euros en fin d'année. Ce mardi, la réaction du groupe a également été rapide. Alcatel se dit déterminé à retrouver un statut d' "investment grade" et continuera pour cela à "ajuster sa base de coûts et sa structure financière" à l'évolution de l'environnement. En attendant, cette dégradation devrait rendre plus complexe l'accès du groupe au marché obligataire. Mais Alcatel "n'a pas l'intention d'emprunter aujourd'hui", notait la semaine dernière Jean-Pascal Beaufret.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.