"La France doit combler son retard sur les warrants"

La Tribune - TradingLab, filiale à 100 % de UniCredito Italiano, émettra en France, à partir de demain, des warrants. Pourquoi se lancer sur ce marché qui est en forte baisse dans l'Hexagone ? Anna Procopio - Le marché des warrants s'est beaucoup développé en Italie sur les quatre dernières années, devenant en 2001 le premier de la zone euro avec des volumes de 82 millions d'euros en moyenne journalière, devant l'Allemagne (57 millions) et la France (18 millions). Le ratio des volumes traités sur les warrants par rapport aux actions est aujourd'hui en Italie de 3-3,5 %, alors qu'il se limite en France à 0,20 %. Mais nous croyons que le profil de l'investisseur particulier français et italien est équivalent en terme de disponibilités financières. Les deux marchés sont également similaires en terme de transparence et de réglementation. Il existe donc un potentiel de croissance en France pour les warrants, dont le ratio par rapport aux actions peut atteindre les niveaux italiens en l'espace de quatre ans. Quels produits allez-vous proposer ? TradingLab a été en 2001 le deuxième émetteur européen de warrants derrière Citibank, avec 22 % du marché. Nos premiers produits en France seront ainsi 139 warrants "call" et "put" UniCredito à risque calculé, qui seront cotés sur Euronext, dont 99 warrants sur actions françaises ou de la zone euro, 24 warrants sur le CAC 40 et 16 sur l'indice Nasdaq 100. La gamme sera élargie successivement à d'autres dérivés et d'autres actions. Mais nous offrons à l'investisseur également des services complémentaires pour l'orienter dans son choix, sachant que ces actifs sont hautement volatils et demandent à être suivis. Notre spécificité est ici le Kilovar (évaluation du risque d'un actif financier selon un barème de 1 à 1000), un outil exclusif qui s'appuie sur des simulations historiques. Le kilovar prévoit six classes de risques, du "protégé" au "spéculateur", pour évaluer le risque global d'un portefeuille différencié. L'investisseur en warrants a-t-il gagné ou perdu au cours des derniers mois ? L'investisseur informé et rigoureux a réalisé des profits. Il est important de respecter les seuils baissiers ("ventes stop") et haussiers ("prises de bénéfices") que l'on s'est fixé au départ. Le particulier qui investit dans ce produit est en fait presque un professionnel . Propos recueillis par Andrea Morawski, à Milan.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.