Lafarge déçoit légèrement mais confirme ses objectifs

Le leader français de matériaux de construction publie ce jeudi un résultat net de 291 millions d'euros sur le premier semestre 2002, en progression de 20% sur un an. Lafarge a enregistré une belle hausse de 43% de son résultat d'exploitation courant à 868 millions d'euros. Le tout pour un chiffre d'affaires en hausse de près de 30% à 7,2 milliards d'euros au 30 juin.Le résultat net est légèrement en dessous des attentes des analystes interrogés par Reuters qui anticipaient un chiffre compris entre 282 et 321 millions. Le résultat d'exploitation est inférieur aux estimations qui s'inscrivaient dans une fourchette de 975 à 986 millions d'euros.Par activité, la branche ciment enregistre une nouvelle amélioration de ses résultats (+39% et +6% à périmètre comparable), conséquence de l'amélioration des performances des sites industriels et grâce à une bonne orientation des marchés européens et des pays émergents. Le résultat d'exploitation du ciment s'élève sur les six premiers mois à 686 millions d'euros. La branche granulats-béton affiche un résultat d'exploitation de 85 millions d'euros (+18% et +1% à périmètre comparable). La branche toiture dégage un résultat d'exploitation de 50 millions d'euros (+14% et 9% à périmètre comparable). Enfin dans le plâtre, le résultat d'exploitation du premier semestre est bénéficiaire de 39 millions d'euros contre une perte de 1 million l'an dernier à la même période. Bertrand Collomb s'est déclaré "confiant" dans une progression de ses résultats en 2002. Mais les analystes guettent surtout les effets de l'acquisition du britannique Blue Circle acquis en 2001. Lafarge table sur des économies de coûts de 107 millions d'euros en 2002, 172 millions en 2003 et 215 millions en 2004. Or, sur le premier semestre, le groupe rassure en dégageant 51 millions d'euros de synergies. Il confirme son objectif 2002, grâce notamment au travail d'amélioration de performances des sites ex-Blue Circle et à la fermeture du siège londonien. "La contribution des synergies Blue Circle aux résultats du Groupe pour le premier semestre 2002 permet de confirmer le chiffre de 107 millions d'euros comme contribution minimale sur l'ensemble de l'exercice 2002", affirme Bertrand Collomb.Lafarge poursuit par ailleurs sa politique de désinvestissement d'actifs non-stratégiques en espérant atteindre 700 millions d'euros de cessions sur l'année 2002. Au 30 juin, les désinvestissements s'élèvent à 214 millions euros (contre 82 millions en 2001). "Ils portent principalement sur la cession d'une station de broyage au Brésil et d'activités de produits béton au Canada", précise le groupe. Dans le même temps, les investissements du groupe se sont élevés à 738 millions d'euros. Ils comprennent des acquisitions pour 230 millions, des investissements de développement interne pour 202 millions et des investissements de maintien pour 306 millions.Le cours de Lafarge est étroitement lié aux évolutions conjoncturelles, et il a dévissé suite au 11 septembre et lors du krach rampant du mois de juillet. Cependant ses rebonds systématiques montrent que la stratégie et les fondamentaux du groupe ne sont pas remis en cause. Jeudi en clôture, l'action perd 1,90% à 87,60 euros. Merrill Lynch a dégradé le titre d'"achat" à "neutre" à moyen terme.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.