Arcelor affiche des pertes moins graves que prévues.

 |  | 577 mots
Lecture 3 min.
Le chiffre d'affaires consolidé d'Arcelor pour le premier trimestre 2002 s'est élevé à 6,824 milliards d'euros contre 7,342 milliards au premier trimestre 2001 proforma, soit une baisse de 7% à périmètre comparable. Selon le communiqué du groupe, cette évolution traduit une baisse "très marquée" des prix moyens de vente dans les "aciers plats au carbone" (-9%) et les "aciers inoxydables" (-11%), les "aciers longs au carbone" enregistrant des prix stables (+2%).Mais le plus marquant reste que le résultat d'exploitation s'établit à 65 millions d'euros, à comparer à 401 millions pour le premier trimestre 2001 sur une base proforma. Le groupe affiche une perte nette de 24 millions d'euros contre un bénéfice de 186 millions un an plus tôt. Par action, cela représente une perte de 0,05 euro contre un bénéfice de 0,4 euro l'année dernière. La marge opérationnelle se réduit donc sous l'effet de pertes de plusieurs branches: -73 millions pour les aciers plats au carbone, -17 millions pour les aciers inoxydables.Pour expliquer ces contre-performances, Arcelor invoque "l'effet conjugué de la chute des prix de vente, qui ont touché un point historiquement bas sur les produits plats carbone ainsi que des réductions des expéditions liées à la fin du déstockage",Au cours de la période, les ventes du groupe ont été réalisées pour 77% dans l'Union européenne, pour 11% en Amérique du nord, pour 4% en Amérique du sud et enfin pour 8% dans le reste du monde.Pour autant cette contre-performance trimestrielle est moins grave qu'anticipé. Les analystes interrogés par l'AFP attendaient une perte nette quatre fois plus élevée, à 95 millions d'euros. "Tout le monde s'attendait à ce que la baisse des prix de l'acier pèse sur les bénéfices, mais le groupe a réussi à compenser en augmentant ses volumes de ventes", explique un vendeur. La performance de la division "aciers longs au carbone" a "bénéficié d'un bon environnement dans la vente d'acier à destination de l'industrie de la construction, où les prix de vente sont plus stables que dans les produits plats", explique ABN Amro.Dévoilant ses perspectives pour le reste de l'année, Arcelor explique que dans le cadre des tensions commerciales sur l'acier avec les Etats-Unis, la Commission Européenne a adopté des mesures qui contribuent à éviter des importations supplémentaires sur le marché européen. Dès lors, le groupe a observé une remontée des prix des aciers plats au carbone dès le début du deuxième trimestre, après qu'ils aient atteint au début de l'année leurs plus bas depuis 20 ans. Pour le groupe, les hausses de prix prendront effet au troisième trimestre sur l'ensemble des marchés. Dans ces conditions, le groupe s'attend à une "amélioration sensible" de ses résultats à partir du deuxième trimestre. Par ailleurs, le groupe souligne que "la mise en place du plan des synergies liées à la fusion se réalise conformément au calendrier initial et l'intégration du Groupe se poursuit de manière satisfaisante". De fait, le résultat financier, en perte de 90 millions d'euros, s'améliore de 39 millions d'euros par rapport à 2001. Arcelor a déposé vendredi une offre publique de retrait sur les actions Usinor dont il détient plus de 97% du capital (lire ci-contre). A la bourse de Paris en mi-séance, l'action Arcelor gagnait 2,46% pour finalement se rétracter, entrapinée par les marchés en baisse de 0,91% à 14,10 euros en clôture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :