Les actions de WorldCom exclues du Nasdaq

 |  | 279 mots
Lecture 1 min.
WorldCom a descendu une marche supplémentaire dans la descente aux enfers entamée en avril avec le débarquement de son PDG, Bernie Ebbers. Huit jours après s'être officiellement placé sous la protection du Chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites, le groupe a été exclu du Nasdaq aujourd'hui à l'ouverture des échanges. Les autorités de marché ont retiré de la cote les trois titres cotés du groupe : les actions WorldCom, les actions MCI et les titres préférentiels. Les dirigeants du marché vedette des valeurs technologiques ont justifié leur décision par l'incapacité de l'entreprise à se conformer aux critères de cotation du Nasdaq, qui exigent notamment qu'elle continue à publier ses rapports financiers à échéances régulières. Une obligation à laquelle WorldCom n'est pas capable de se plier, puisque le groupe doit corriger ses comptes des trois dernières années après l'annonce, le mois dernier, d'irrégularités comptables portant sur 3,85 milliards de dollars. Les titres concernés étaient en outre tombés depuis plusieurs semaines sous la barre symbolique de 1 dollar, entrant ainsi dans ce qui passe pour l'antichambre du retrait. En clôture lundi soir, l'action WorldCom, la plus représentative du groupe, s'échangeait à 24 cents. Et la capitalisation boursière totale de l'ensemble était tombée sous les 300 millions de dollars, contre 120 milliards à l'apogée de sa gloire, en 1999.Désormais, WorldCom, qui a nommé deux spécialistes des restructurations au sein de son équipe dirigeante pour tenter d'assurer sa survie (lire ci-contre), entend coter ses titres sur les "pink sheets", un marché non officiel, nettement moins réglementé et surtout moins liquide que le Nasdaq.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :