Wall Street plonge de nouveau

 |  | 603 mots
Lecture 3 min.
Le Dow Jones cède 2,93 % pour enfoncer le seuil des 7.800 points à 7.781,53 points. Le Nasdaq (-2,77 %) est à son niveau depuis décembre 1996 à 1.282,55 points et le bilan n'est pas plus brillant pour le S&P 500 (-3,29%), tombé à son plus bas depuis 5 ans.Après une timide tentative de reprise peu après l'ouverture, Wall Street est nettement reparti à la baisse, plombé par WorldCom. La faillite de l'opérateur était prévisible et attendue mais elle a eu toutefois un impact négatif sur le moral très friable des investisseurs par son ampleur (40 milliards de dollars) et ses conséquences dramatiques pour l'ensemble de l'économie américain, si la société ne parvient pas à se redresser.Les intervenants attendent toujours le signal qui leur permettra de décréter que le plancher a été atteint. Ils espèrent que ce signe sortira des annonces de résultats alors que cette semaine un tiers des sociétés du S&P doit publier ses comptes, mais cela n'a pas été le cas ce lundi. Car même si American Express a triplé son bénéfice au deuxième trimestre à 683 millions de dollars, cette performance est conforme aux attentes. Et surtout le groupe financier a prévenu qu'il ne ferait pas mieux que les prévisions des analystes pour 2002. Aucune bonne surprise n'étant à attendre, le titre chute de 8,47 %. Si le marché déprime à cause de WorldCom, le titre en revanche s'envole de 55 %. Le dépôt de bilan et la protection du chapitre 11 met la société à l'abri d'une cessation d'activité à court terme d'autant que le directeur général du groupe, John Sidgmore, a annoncé avoir obtenu les deux milliards de dollars nécessaires à la poursuite de l'activité de la société.Mais le secteur des télécoms reste très fragile. BellSouth Corp. a enregistré une baisse de son bénéfice au deuxième trimestre en raison de la faiblesse de la demande et des turbulences économiques en Amérique du Nord et latine. Hors exceptionnels, le troisième opérateur de téléphonie locale a dégagé un profit, de 53 cents par action, contre 58 cents un an plus tôt. L'action décroche de 18 %.Le courtier en énergie Williams Cos. a prévenu qu'il accuserait une perte plus forte que prévu eu deuxième trimestre en raison des difficultés croissantes dans le secteur après la faillite d'Enron. Le groupe table désormais sur une perte, hors exceptionnels, de 35 à 40 cents par action, contre un bénéfice précédemment estimé entre 20 et 25 cents par titre. Un avertissement sur résultat qui fait plonger le titre de 68 %.Légère hausse, en revanche pour Hasbro. Le fabricant de jouets a pourtant vu ses pertes se creuser au deuxième trimestre à 25,9 millions de dollars (15 cents par action), contre 18,3 millions (11 cents par titre) un an plus tôt, mais l'essentiel de ce déficit est dû à une charge exceptionnelle de 18,3 millions de dollars liée à la dépréciation de sa participation dans Infogrames Entertainment. La valeur gagne 0,34 %.Minnesotta Mining and Manufacturing (3M)  progresse de 0,11 %. Le groupe a publié un résultat net multiplié par deux au deuxième trimestre à 466 millions de dollars, contre 202 millions un an plus tôt. Hors exceptionnels, le bénéfice ressort à 539 millions de dollars, soit 1,36 dollar par action, contre 451 millions, ou 1,12 dollar par titre. Les analystes de Wall Street tablaient sur un profit de 1,34 dollar par action. Le groupe s'est toutefois déclaré " prudent " sur les conditions de ses marchés pour le reste de l'année.Charles-Etienne LebatardCopyright Invest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :