Une séance de transition

Après la belle séance d'hier, les investisseurs étaient quasiment au repos aujourd'hui. Dans des volumes limités à 2,7 milliards en raison de la fermeture de Wall Street pour la fête de Thanksgiving, le CAC 40 termine en très légère hausse de 0,49% à 3.329,99 points.Quelques valeurs se sont malgré tout distinguées. Plus forte hausse du CAC 40, France Télécom progresse de 12,57% à 18,8 euros, un cours inconnu depuis juin dernier. Le groupe a démenti programmer un plan social supplémentaire aux 20.000 départs prévus sur les trois prochaines années. Il a par ailleurs fait savoir qu'il ne ferait aucun commentaire concernant l'état des lieux qui sera présenté mercredi au conseil d'administration. Selon Le Figaro économie l'opérateur envisage la suppression de 45.000 emplois sur trois ans. Citant Force Ouvrière, le quotidien ajoute que, sur ce total, environ 20.000 salariés fonctionnaires seraient transférés vers d'autres administrations sur la base du volontariat.Vivendi Universal avance de 4,1% à 16,75 euros. Le britannique Vodafone a démenti une information du Financial Times selon laquelle il envisage de relever son offre sur Cegetel, la filiale à 44 % de téléphonie du groupe de médias. Vodafone, qui détient 20% de SFR et 15% de Cegetel, a déjà proposé de racheter les participations de Vivendi, BT et de SBC pour un montant total de 13,1 milliards d'euros.Les autres grandes technologiques de la cote sont également bien orientées. Alcatel s'adjuge 3,48% à 5,95 euros, Cap Gemini 5,08% à 31 euros ou Lagardère 4,07 à 46,3 euros.Sur le SRD, Rhodia bondit de 13,68% à 8,06 euros. Aventis (+0,5% à 57,3 euros) va lancer une offre publique d'achat en numéraire sur l'intégralité de ses obligations remboursables Rhodia. Aventis précise que cette offre vise à lui donner plus de flexibilité dans la cession de sa participation de 25 % dans le groupe chimique. Par ailleurs, le Claritin du groupe pharmaceutique Schering-Plough a obtenu l'aval des autorités sanitaires américaines pour être vendu sans ordonnance. Cette décision va concurrencer la vente de l'Allegra, produit similaire, commercialisé par Aventis, mais sur ordonnance.Pinguely-Haulotte s'envole de 26,15% à 4,92 euros sans raison véritablement apparente.Le réassureur Scor s'adjuge 19,96% à 6,19 euros alors que son concurrent allemand Munich Re a fait état d'une réduction de sa perte au troisième trimestre.A la baisse, on retrouve le Crédit Agricole qui perd 3,22% à 16,21 euros, en raison de résultats trimestriels jugés décevants. Son bénéfice net a baissé de 29,6%, à 145 millions d'euros. Le résultat brut d'exploitation recule de 44,4% à 209 millions d'euros et le produit net bancaire est en repli de 18,6% à 1,146 milliard d'euros. La banque précise que l'impact de la crise boursière sur les portefeuilles actions a atteint 153 millions d'euros, dont 118 millions affectent le produit net bancaire, le solde touchant le résultat sur actifs nets immobilisés. Les analystes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un résultat net de 239 millions d'euros, un résultat brut d'exploitation de 374 millions et un produit net bancaire de 1,325 milliard. Le Crédit Lyonnais cède 1,5% à 49,2 euros alors que le Crédit Agricole a réaffirmé qu'un rapprochement entre les deux banques figurait toujours en tête de ses priorités stratégiques. BNP Paribas rebondit mollement de 0,32% à 41,33 euros.Enfin, la plus forte baisse du SRD revient à Vallourec : -5,6% à 59 euros sous la pression de prises de bénéfices. Le titre a bondi de plus de 11% hier après l'annonce de la montée de Bolloré dans son capital à hauteur de 12%.Olivier PinaudCopyright Invest

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.