Le CAC 40 termine en hausse de 0,36 %

En baisse quasiment toute la journée, le CAC 40 finit dans le vert. En à peine trois quarts d'heure, l'indice a effacé toutes ses pertes et termine en hausse de 0,36 % à 3.064 points. Il profite de la bonne orientation de New York. Le Dow Jones monte de 1,3 %, le S&P 500 de 1,3 % et le Nasdaq de 2,3 %. En Europe, l'indice ZEW des anticipations économiques en Allemagne a déçu. Il s'est effondré à 4,2 en novembre, alors qu'on attendait 20 et après un indice de 23,4 le mois précédent.Les investisseurs restent malgré tout prudents, après le rejet, à l'unanimité, par le Parlement irakien, du projet de résolution de l'ONU sur le désarmement dans le pays. Le Parlement s'en remet désormais au président Saddam Hussein pour prendre une décision finale sur la résolution. Le chef des conseillers économiques de la Maison Blanche, Glenn Hubbard, a indiqué, lors d'une conférence de presse à l'OCDE, qu'une intervention américaine contre l'Irak aurait un impact négatif sur l'économie, notamment en matière de dépenses d'investissement. De bien mauvais augure, en effet, alors qu'on espère une reprise affirmée de l'économie outre-Atlantique.France Télécom, un temps réservé à la hausse, bondit au final de 6,65 % à 12,03 euros et sa filiale Orange de 5,82 % à 6,18 euros, soutenu par les bons résultats de Vodafone et notamment la hausse de 68 % à 5,6 milliards de livres, de son excédent brut d'exploitation pour le premier semestre 2002. Alcatel prend 8,28 % à 4,97 euros et STMicroelectronics monte de 7,02 % à 20,43 euros.Autre forte hausse sur le SRD, Bayer gagne 7,22 % à 20,95 euros. Ses ventes au troisième trimestre 2002 ont progressé de 8 % à 7,459 milliards d'euros. Les résultats sont également en amélioration malgré une conjoncture difficile. Le marché ne semble guère faire de cas de l'annonce de 5.700 plaintes émanant de patients, principalement aux Etats-Unis, liées à l'anticholestérol Baycol/Lipobay. Il est vrai que l'affaire Baycol est depuis longtemps intégrée dans les cours. Par ailleurs, le groupe allemand se dit prêt à céder le contrôle de son activité pharmaceutique.A l'opposé, on retrouve Vivendi Universal : - 8,74 % à 12,53 euros. Le chiffre d'affaires du groupe de communication a reculé de 4 % à données comparables, à 7,36 milliards d'euros, au troisième trimestre 2002. Une performance inférieure aux estimations. Les investisseurs s'inquiètent également du difficile placement des actions Vivendi Environnement. Selon les Echos, Lazard et Merrill Lynch n'auraient toujours pas trouvé acquéreur pour les 20,4 % du groupe de services collectifs que compte vendre Vivendi Universal. Si l'opération échouait, le groupe de communication aurait du mal à trouver les fonds nécessaires pour contrer l'offre de Vodafone sur Cegetel, sa filiale de téléphonie.Axa cède 2,66% à 12,82 euros, après l'annonce, à 14 heures, d'un chiffre d'affaires à neuf mois de 56,9 milliards d'euros, en hausse de 2,5%. Mais la compagnie d'assurance reste très prudente. Pas de prévisions de résultats pour l'ensemble de l'exercice, alors qu'elle tablait auparavant sur une croissance de 20% de son résultat opérationnel. Axa précise que la volatilité des marchés rend impossible de chiffrer la rentabilité opérationnelle de ses différents métiers.Rhodia est dégradé par Merrill Lynch qui passe de " neutre " à " vendre " et qui semble sceptique sur les fondamentaux du groupe mais aussi sur les chances de succès d'une éventuelle OPA. Le titre concède 1,59 % à 6,8 euros.Danone a annoncé ce matin un protocole d'accord pour prendre 100 % du capital de Sparkling Spring Waters. Le montant de la transaction n'est pas connu. Le Wall Street Journal évoquait ce matin un chiffre compris entre 300 et 400 millions de dollars. En prenant le contrôle du canadien, Danone prend la position de numéro un au Canada, en Argentine et en Asie, numéro deux au Mexique, numéro trois en Europe et aux Etats-Unis dans le secteur de l'eau en bonbonne. Le titre gagne modestement 0,15 % à 131,6 euros.EADS progresse de 2,99 % à 11,35 euros. La compagnie de trajets à bas prix EasyJet a laissé entendre, dans la presse allemande, qu'elle pourrait transformer en commandes fermes l'option de 120 appareils qu'elle avait annoncée à la mi-octobre.Olivier PinaudCopyright Invest

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.