Le CAC 40 finit en hausse après une longue hésitation

La Bourse de Paris a longtemps hésité mais s'est finalement rangée derrière Wall Street. En baisse une grande partie de l'après-midi, le CAC 40 termine en hausse de 0,87% à 3.142 points. A 17h30, le Dow Jones progressait de 0,64% et le Nasdaq grimpait de 1,89%. Les investisseurs attendent la réunion, ce soir, du conseil de la Réserve fédérale américaine, même si aucun geste sur les taux n'est anticipé. Ailleurs en Europe, le Footsie finit en baisse de 0,28% mais, à Francfort, le Dax grimpe de 2,87%.Plus forte baisse du CAC 40, Thomson chute de 4,91% à 18,4 euros. Alcatel plie de 3,12% à 5,28 euros. Nokia (-3,3% à 17,27 euros) a révisé en baisse sa prévision de chiffre d'affaires pour le quatrième trimestre. Le premier fabricant mondial de téléphones mobiles table désormais sur des facturations comprises entre 8,8 et 9 milliards d'euros, contre une précédente fourchette de 8,9 à 9,2 milliards. Nokia maintient cependant sa prévision de bénéfice trimestriel entre 0,23 et 0,25 euro par action.En baisse également, Schneider Electric (-2,29% à 46,90 euros) ou EADS (-2,23% à 11,39 euros). Airbus a annoncé que les déboires financiers d'United Airlines n'auraient pas d'impact immédiat sur ses comptes dans la mesure où les prochaines livraisons à la compagnie aérienne américaine ne sont pas prévues avant 2004. United Airlines a déposé son bilan hier.En dehors du CAC 40, Gemplus abandonne 5% à 1,14 euro. Le plan de redressement présenté par le numéro un mondial des cartes à puce n'a pas totalement convaincu les analystes. Il prévoit notamment la suppression de 1.000 emplois, dont 483 en France. En année pleine, Gemplus espère générer 100 millions d'euros d'économies supplémentaires.France Télécom se reprend en toute fin de séance et gagne 1,04% à 19,5 euros. Moody's a confirmé ses notations sur la dette court et long terme du groupe et maintenu à stable la perspective sur le crédit de l'opérateur. France Télécom vient par ailleurs d'annoncer l'émission de 1,5 milliard d'euros d'obligations. Orange cède pour sa part 2,5% à 7,01 euros.BNP Paribas rebondit de 2,3% à 36,53 euros. La banque prévoit au moins un milliard d'euros de synergies de coûts en cas de rapprochement avec le Crédit Lyonnais sans avoir recours à des suppressions d'emplois massives, rapporte l'agence Reuters, qui cite des sources proches du dossier. La Tribune écrit par ailleurs que la banque dirigée par Michel Pébereau n'envisage pas, pour l'instant, de monter au-delà de 20% dans le capital du Lyonnais dans la mesure où une bataille boursière serait trop coûteuse. Le Crédit Lyonnais cède 0,46% à 53,60 euros, le Crédit Agricole progresse de 1,27% à 15,90 euros et la Société Générale de 2,7% à 53,20 euros. Dexia gagne 1,04% à 11,66 euros. La banque recapitalisera sa filiale néerlandaise en difficultés avant la fin de l'année.Enfin, Wavecom rebondit de 4,69% à 15,18 euros. Lundi, le titre du fabricant de modules pour téléphones portables avait chuté de 53% après la révision en baisse des prévisions pour le quatrième trimestre à la suite d'annulation de commandes du chinois TCL. Dans un entretien accordé à Investir.fr, le président de Wavecom, Michel Alard, juge la récente chute du titre exagérée.Olivier PinaudCopyright Invest

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.