La Commission européenne veut enquêter sur France Télécom

 |  | 308 mots
Juste avant Noël, la Commission européenne avait indiqué qu'elle souhaitait se donner encore quelques semaines pour "voir plus clair" dans le dossier France Télécom. Deux options s'offraient alors aux services de la concurrence: une enquête préliminaire de courte durée ou une enquête approfondie.Aujourd'hui, c'est vers cette dernière solution que l'on se dirige. En fin de matinée, Tilman Lueder, un porte-parole de Mario Monti, a en effet déclaré que la Commission envisage l'ouverture d'une enquête formelle. Une procédure de ce type dure habituellement dix-huit mois. La décision sera prise par le collège de la Commission "dans quelques semaines"."C'est une très grosse affaire, une très importante affaire", a expliqué Tilman Lueder. Pour la Commission, il s'agit en effet de déterminer si l'avance de neuf milliards d'euros proposée par l'Etat à l'opérateur français, en vue de son assainissement financier (voir ci-contre), ne s'apparente pas à une aide d'Etat.La Commission justifie l'enquête formelle qu'elle préconise par le fait que les concurrents de France Télécom pourront "faire valoir leur avis". Les protestations avaient en effet été vives suite à l'annonce du plan de sauvetage, notamment de la part de l'Italie et de Bouygues Télécom.En Bourse, la réaction reste mesurée. En fin d'après-midi, l'action France Télécom, qui s'est distinguée depuis le début de l'année, recule de 1,03%, à 19,20 euros. Il faut dire que l'on est encore loin d'un avis négatif de la part de Bruxelles. En outre, Schroder Salomon Smith Barney estime dans une étude que, maintenant que France Télécom a levé plus de fonds que prévu sur le marché obligataire, il n'est plus certain qu'il nécessite l'avance de 9 milliards de la part de l'Etat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :