Craintes autour des perspectives de Sodexho

 |  | 337 mots
L'optimisme de Sodexho Alliances ne convainc pas. Alors qu'approche la publication du chiffre d'affaires du premier trimestre (septembre-novembre) de l'exercice 2002/2003 du groupe de restauration, plusieurs analystes doutent en effet de sa capacité à tenir ses objectifs annuels.Après avoir affiché une croissance organique de 1,9% en 2001/2002, le groupe de Pierre Bellon ambitionne de porter cette croissance à 5, voire 6% sur l'exercice en cours (qui se terminera en août 2003). Mais, "nous estimons que la lenteur de la reprise de ses activités britanniques va obliger la direction à réviser en baisse ses objectifs de croissance organique sur l'ensemble de l'exercice 2002/2003, même à ce stade précoce", écrit Goldman Sachs dans une note. Une opinion partagée, d'après Reuters, par CIC Securities qui table plutôt sur une croissance de 4,5% pour l'année.Outre les activités britanniques, qui avaient déjà contraint le groupe à lancer un avertissement en septembre dernier (voir ci-contre), les analystes justifient aussi leurs craintes par les difficultés dans l'activité entreprise ou encore le climat économique. "Les objectifs ambitieux (...) pourraient être revus à la baisse si l'instabilité économique et politique persistait", redoute Aurel-Leven qui, en septembre, titrait une analyse: "le pire n'est peut-être pas encore passé".Enfin, si la prudence prédomine, c'est aussi parce que le premier trimestre ne devrait pas être à la hauteur des ambitions annuelles du groupe. Selon plusieurs estimations, le chiffre d'affaires trimestriel devrait en effet ressortir entre 3,28 milliards et 3,31 milliards d'euros, soit une baisse de 1,7 à 2,4%. Certes, le groupe devrait surtout avoir fait les frais de la baisse du dollar, avec un effet de change attendu entre -5,2 et -5,3%. Mais, la croissance interne ne devrait pas être supérieure à 3,6%. Bref, si le groupe veut atteindre son objectif annuel, il lui faudra maintenir sur les trois prochains trimestres une croissance "en moyenne à 5,9%", précise un bureau parisien qui juge ce niveau "élevé".En réaction à ces commentaires, et dans l'attente des chiffres du premier trimestre publiés mercredi, la Bourse se veut réservée. Mardi soir, l'action cède 3,53%, à 22,38 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :