Le parquet ne fera pas appel de la relaxe de Jean-Claude Trichet

 |  | 244 mots
Le suspense aura été de courte durée. Après une nuit de réflexion, le parquet de Paris aurait décidé, selon des sources judiciaires citées par l'AFP, de ne pas faire appel de la décision du tribunal correctionnel qui a notamment relaxé hier le gouverneur de la Banque de France Jean-Claude Trichet dans le procès sur les comptes du Crédit Lyonnais (lire ci-contre). Cette décision signifie que la relaxe de Jean-Claude Trichet, candidat de la France à la présidence de la Banque centrale européenne (BCE), est définitive. En ne faisant pas appel, le parquet de Paris lève donc la dernière hypothèque qui pesait sur la candidature de Jean-Claude Trichet pour remplacer Wim Duisenberg à la tête de la BCE. L'Elysée a d'ailleurs fait savoir dès hier que le président de la République évoquera cette succession au conseil européen de Salonique qui s'ouvre demain. Cependant, même si les chefs d'Etat et de gouvernement parviennent à un accord sur le nom de Jean-Claude Trichet, son arrivée à Francfort devrait prendre un peu de temps.En raison d'exigences de procédure, le gouverneur de la Banque de France devrait encore patienter plusieurs semaines avant d'être nommé à cette fonction dont il rêve depuis 5 ans (lire ci-contre). En attendant, Wim Duisenberg, qui avait souhaité quitter son poste le 9 juillet, a accepté de jouer les prolongations aussi longtemps qu'il le faudra.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :