Plongeon du moral des Français en janvier

La multiplication des annonces négatives - plans sociaux, fermetures de sites, placement en redressement judiciaire d'entreprises - a porté un rude coup au moral des ménages français. L'indicateur résumé d'opinion, établi par l'Insee, a perdu cinq points en janvier pour tomber à -22, un niveau qu'il n'avait plus connu depuis 1998. Cette statistique revient ainsi "sous sa moyenne de longue période", indique le communiqué de l'Insee, alors qu'elle était quasiment stable autour de -17 depuis le mois de juillet dernier. L'inquiétude des ménages porte essentiellement sur deux points. D'une part, ils sont de plus en plus pessimistes quant à l'évolution du niveau de vie en France. Ils sont notamment préoccupés par la hausse des prix et sont convaincus que ce mouvement va perdurer, grevant d'autant leur pouvoir d'achat. Malgré la récente appréciation de l'euro, l'inflation reste effectivement à des niveaux élevés en raison des cours du pétrole. Ces derniers se maintiennent aux alentours de 30 dollars le baril et renchérissent notablement les prix des produits énergétiques, ce qui n'est pas sans conséquence en cette période hivernale.Par ailleurs, les Français sont évidemment de plus en plus préoccupés par la dégradation du marché de l'emploi et ils sont de plus en plus persuadés que le chômage va continuer à progresser dans les mois à venir. A ce titre, les annonces intervenues au mois de janvier (Daewoo, Metaleurop Nord, Pechiney...) n'ont pu que renforcer leur pessimisme, alors que le taux de chômage s'est établi à 9,1% en décembre. A tout cela on peut ajouter deux autres incertitudes qui sans doute affectent le moral des Français. Il y a bien évidemment l'éventualité d'un conflit militaire avec l'Irak. Emmanuel Ferry, économiste chez Exane, rappelle que "lors de la Guerre du Golfe, la confiance des ménages avait chuté de 13 points entre août 1990, date de l'invasion du Koweït, et janvier 1991, date des bombardements alliés". La réforme des retraites, dont le Premier ministre a donné le coup d'envoi hier, tout comme la question du dérapage des finances publiques (lire ci-contre), sont autant de facteurs supplémentaires qui pèsent sur le moral des Français. Pour Emmanuel Ferry, il ne fait dans ces conditions aucun doute que "la confiance des ménages va accentuer sa tendance baissière en 2003, freinant le rythme de progression" de leur consommation. De ce point de vue, l'enquête de l'Insee recèle néanmoins un point positif: les ménages n'ont pas changé d'avis quant à l'opportunité d'acheter, ce qui pourrait signifier que la consommation, et donc la croissance, continueront d'afficher une certaine résistance.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.