Suez en tête du palmarès des sites Web du CAC 40

Suez et Cap Gemini, qui occupaient respectivement les deuxième et troisième places lors du classement de l'automne dernier, ont renforcé encore leurs positions : les deux groupes se sont hissés sur les deux premières marches du podium, pour cette nouvelle édition de l'étude Lab40 publiée par latribune.fr.Cette analyse, dont l'objectif est de mesurer la qualité de fonctionnement des sites Web des sociétés du CAC 40, montre ainsi que la constance dans l'effort de recherche de solutions technologiques performantes paye. Les deux sociétés arrivées en tête bénéficient ainsi "de l'excellente disponibilité des serveurs et de référencement de qualité", notent les équipes de Labelium et ip-label, auteurs de l'étude.Effectué sur des critères purement techniques, ce classement ne prend pas en compte la qualité du contenu proposé par les sites ou l'agrément de leur présentation. Les critères retenus portent sur l'efficacité de leur référencement, la disponibilité des sites et la rapidité de l'affichage de leurs pages principales (voir la note méthodologique). C'est un changement de méthodologie dans l'étude qui explique, a contrario, la chute d'EADS de la 1ère à la 21ème place. Les concepteurs de ce travail de recherche ont en effet décidé de prendre en compte l'existence éventuelle d'une "page tunnel" précédant la page d'accueil du site (page permettant généralement de choisir la langue désirée). Or, de telles pages, soulignent-ils, sont considérées "depuis les débuts d'Internet comme une grave erreur ergonomique. Les études statistiques tendent à montrer qu'elles induisent une perte d'environ 30 % des internautes". C'est donc ce qui a principalement pénalisé le site d'EADS dans ce nouveau classement.Il est à noter que les trois places suivantes sur le podium reviennent à des groupes qui effectuent une avancée spectaculaire : c'est vrai de Total qui passe de la 16ème à la 3ème place, et plus encore de France Télécom (4ème au lieu de 37ème) et PPR (5ème eu lieu de 25ème). Dans le cas de Total, les auteurs de l'étude soulignent que "la nouvelle version de son site intégrant la nouvelle charte graphique du Groupe allie simplicité et minimisation des temps de chargement : un exemple de refonte de site réussie".A l'inverse, on trouve en queue de classement deux grandes banques qui viennent de fusionner, le Crédit Lyonnais et le Crédit Agricole, respectivement 37ème et 39ème. Deux établissements que décidément tout rapproche, puisque leurs sites ont en commun "leur lourdeur de temps de chargement, propre à rebuter tout internaute non équipé en haut-débit". Parmi les mauvais élèves, on relève enfin deux groupes tournés vers les hautes technologies et la communication : Thomson (38ème) dont Labelium note que la piètre performance "est une réelle déception pour ce groupe souhaitant pourtant donner une image à la pointe de la e-technologie" ; et TF1 qui se classe bon dernier, "remportant la palme du temps de chargement le plus long".Plus généralement, l'étude note que "les sites semblent toujours délaisser la problématique de temps de chargement des pages, semblant privilégier le beau à l'utile/utilisable". Et cela alors même que les utilisateurs de connexions à haut-débit ne sont pas, et de loin, majoritaires.Enfin, l'étude relève que "contrairement aux deux premiers classements, peu de sociétés ont mis en ligne de nouvelles versions au cours de ces six derniers mois", ce qui induit une volatilité moindre du palmarès. Seul le secteur financier, entré dans la guerre de l'e-banking, a fourni une multitude de nouvelles versions. Malheureusement, notent les auteurs de l'analyse, ces sites sont "le plus souvent non efficaces".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.