Forte chute du marché automobile français en août

 |  | 512 mots
Lecture 2 min.
Encore un mauvais mois pour l'automobile française. En août, les immatriculations de voitures neuves ont ainsi reculé sur un an de 15,4% à 103.084 unités. A nombre de jours ouvrables comparables, la baisse est ramenée à 11,1%. Il est vrai que le mois d'août est traditionnellement peu propice aux achats de véhicules neufs. L'an dernier à la même période, les immatriculations avaient ainsi déjà reculé de 17,8% sur un an. Ce chiffre n'en est pas moins inquiétant, car il confirme la faiblesse chronique du marché français après la baisse de juillet et le rebond des ventes en Europe (lire ci-contre). Les Français semblent donc peu influencés par le rebond des ventes observé en Allemagne ou en Espagne. L'embellie dont on avait pu jouir en mai et en juin n'était donc qu'un phénomène de correction passager. Ainsi, sur les huits premiers mois de l'année, les immatriculations de voitures neuves reculent de 8,1%, soit une baisse de 7% à nombre de jours ouvrables comparables.Il est vrai que, compte tenu des tensions sur les marchés des taux, les consommateurs ne peuvent plus profiter de taux aussi attractifs qu'au printemps, et ce malgré la baisse des taux de la BCE en juin. Reste cependant que ce phénomène n'a semble-t-il pas touché le reste de la zone euro. En Espagne, le marché a en effet progressé en août de 3,6% sur un an à 82.486 unités. Car au-delà du simple phénomène de taux, les ménages français se veulent extrêmement prudents et préfèrent épargner dans un contexte où le marché du travail reste très mal orienté.Sur le plan des constructeurs, les marques françaises ont été les plus touchées: leurs reculs sont nettement plus forts que le marché lui-même. Ainsi, le groupe PSA voit ses immatriculations baisser de 20,6% et sa part de marché glisser de 2,3 points à 32,3%. Une baisse d'abord due à la mauvaise performance de la marque Peugeot dont les immatriculations sont en chute libre: -27,2% sur un an. Il est vrai que la marque au lion a peu de nouveaux modèles à proposer aux acheteurs. Renault, de son côté, ne bénéficie pourtant pas de ses nouveaux modèles et, même si sa baisse est moins forte (-18,8%), elle reste supérieure à celle du marché. Du coup, la marque au losange voit sa part de marché s'effriter de 0,9 point à 21,5%. Concernant les marques étrangères, les principaux perdants restent Fiat (-39,8%),Ford (-22,8%) et GM (-15,1%). Volkswagen réduit la casse avec une baisse des immatriculations inférieure à celle du marché (-10,5%). Mais un phénomène se confirme: celui de la bonne santé des constructeurs asiatiques dans l'Hexagone. Depuis plusieurs mois en effet ils sont les seuls à progresser dans un contexte général de baisse. Ainsi, Toyota voit ses immatriculations croître de 15,6% sur un an en août. Une performance suivie par Hyundai (+18,7%) et Nissan (+4,9%). Certains ne manqueront pas de citer à nouveau le péril jaune pour les constructeurs français...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :