Signes encourageants pour l'économie japonaise

 |  | 512 mots
Lecture 2 min.
C'est une vague de chiffres plutôt satisfaisants que le Japon a annoncé ce matin. Il en ressort que la consommation des ménages se porte plutôt bien, et que la déflation, fléau qui a fait des ravages dans l'économie japonaise, continue à ralentir.Selon les chiffres publiés par le ministère des Affaires intérieures, ainsi, la consommation des ménages salariés a augmenté de 0,4% en novembre en glissement annuel au Japon. Il s'agit là d'un chiffre doublement bienvenu. D'une part parce qu'il succède à des reculs enregistrés en octobre (-1,1%) et en septembre (-1,9%). Et d'autre part parce que les économistes tablaient sur une nouvelle dégradation le mois dernier, de l'ordre de 2,6%.Deuxième nouvelle positive: l'évolution des prix à la consommation. Ces derniers ont reculé de 0,1% en novembre (hors prix des produits frais) par rapport à novembre 2002 et de 0,2% par rapport à octobre dernier. Ces évolutions montrent certes que le Japon n'en a pas fini avec la déflation, mais ces reculs sont nettement plus modérés qu'attendu. En octobre, le Japon avait enregistré une hausse des prix de 0,1%, particulièrement bienvenue puisqu'il s'agissait de la première depuis avril 1998...De même, les prix à la consommation de la région de Tokyo, qui constituent un bon indicateur des évolutions à venir, se sont légèrement repris à la mi-décembre, augmentant de 0,1% par rapport à la mi-novembre. Encourageants, ces chiffres ne doivent cependant pas masquer le fait que le spectre de la déflation hante toujours le pays: sur un an, les prix à la consommation de la région de Tokyo sont toujours en recul (de 0,4%), et cela pour la cinquième année consécutive. Troisième élément plutôt positif dans la conjoncture japonaise: la production industrielle, qui a augmenté de 0,8% en novembre par rapport au mois précédent. C'est la troisième fois consécutive que la production industrielle s'inscrit ainsi en progrès, tirée notamment par de bonnes performances à l'exportation. Selon le ministère de l'Economie, du Commerce et de l'Industrie (METI), elle devrait reculer de 0,4% en décembre mais croître de 3,4% en janvier. "La production de machines, d'appareils électroniques et électriques a été soutenue en raison d'une forte demande liée à leurs applications dans les téléphones cellulaires, les lecteurs de DVD et les appareils domestiques numériques", a expliqué un responsable du ministère, selon qui "nous pouvons en conclure que la production enregistre une période de reprise", a-t-il dit. Cette relative bonne tenue de l'activité ne se traduit cependant pas encore par une amélioration des chiffres de l'emploi. Le mois dernier, le taux de chômage s'est en effet établi à 5,2%, inchangé par rapport au mois précédent. "Il apparaît que l'amélioration a ralenti", a souligné un économiste d'UFJ Institute, Shun Maruyama, pour qui les dernières statistiques confirment que "les restructurations d'entreprises sont achevées. Mais le marché de l'emploi n'augmente pas car les sociétés continuent de réduire leurs coûts, en particulier salariaux".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :