La crise de la vache folle aux Etats-Unis s'étend

 |  | 407 mots
Lecture 2 min.
La crise de la vache folle qui frappe les Etats-Unis depuis quelques jours s'est aggravée vendredi. Les autorités américaines ont annoncé que leurs enquêtes allaient s'étendre à d'autres Etats que celui de Washington, originaire du premier animal infecté. Un deuxième troupeau de cet Etat a été placé en quarantaine, tandis que le marché au bétail de Chicago était paralysé une nouvelle fois par l'absence d'acheteurs.S'exprimant vendredi, le chef vétérinaire du ministère américain de l'Agriculture a estimé que "potentiellement, de nombreux Etats pourraient être concernés" par les enquêtes menées par ses services. Jusqu'ici, la crise semblait être confinée à l'Etat de Washington, au nord-ouest des Etats-Unis. Mais les autorités américaines envisagent donc que la maladie puisse être présente dans d'autres parties du pays - et même de l'autre côté de sa frontière nord: le chef vétérinaire a refusé d'exclure la possibilité que la vache affectée par l'ESB vienne du Canada.En attendant, un deuxième troupeau à été placé en quarantaine, parce qu'il comprend un jeune animal issu de la vache malade détectée juste avant Noël. De quoi renforcer les craintes de voir l'épidémie s'étendre comme un feu de paille à travers les élevages du pays.Conséquence immédiate: le bétail est demeuré incotable vendredi sur le marché à terme de Chicago. Dès l'ouverture en effet, les prix ont atteint la baisse maximale autorisée, et cela bien que le Chicago Mercantile Exchange ait doublé, à 3 cents, la marge de fluctuation autorisée. Mais en l'absence d'acheteurs, toutes les échéances des contrats à terme ont perdu immédiatement 3 cents et sont donc demeurées incotables...De même, la firme Tyson Foods Inc, spécialisée dans les produits bovins, a vu son titre chahuté vendredi à Wall Street, où il perdait 2% dans la matinée. A l'inverse, des actions comme celle de McDonald se reprenaient plutôt en cours de séance, après avoir fortement chuté à la veille de Noël, certains investisseurs estimant que la Bourse avait sur-réagi mercredi.Il n'en demeure pas moins que, dans l'immédiat, la liste des pays qui ont interdit toute importation de boeuf américain ne cesse de s'allonger. Vendredi, l'Ukraine est venue s'ajouter à la vingtaine de pays ayant adopté une telle mesure, dont le Japon, le Mexique, la Russie, etc...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :