Le CAC s'envole de 7,25% et gagne 14% en deux jours

 |  | 546 mots
Lecture 3 min.
Après avoir ouvert en forte hausse, le CAC 40 a accentué ses gains tout au long de la matinée et jusqu'à 14h30, lors de l'annonce des premières statistiques américaines. La hausse de 0,2% des stocks des entreprises en janvier et la progression de 1% des prix à la production en février, ont un temps calmé les ardeurs, avant que les indices ne repartent de plus belle. Au moment de l'ouverture de Wall Street, le CAC 40 gagnait près de 4% mais la publication à 15h50 de la baisse de l'indice du Michigan et l'attente du discours du président Bush programmé pour 16 heures ont, l'espace de quelques minutes, pesé sur la tendance.Ce discours n'a concerné finalement que le problème israélo-palestinien, pas un seul mot sur l'Irak. Les marchés sont donc logiquement repartis de l'avant et à la clôture, le CAC 40 s'envole de 7,25 % à 2.740,01 points, dans un volume très fourni de plus de 4,7 milliards d'euros. En l'espace de deux séances, le marché parisien s'est envolé de 14%. A Londres, le Footsie termine la séance sur un gain de 3,3 % et le Dax gagne 5,06 %.Les valeurs d'assurance ont à nouveau le vent en poupe, en tête du CAC, le rebond des marchés soulageant les craintes liées à leur solvabilité. Axa s'envole de 17,09 % à 12,06 euros et AGF de 15,63 % à 25,74 euros.Les valeurs bancaires sont également recherchées. BNP-Paribas gagne 11,32% à 38,34 euros, le Crédit Agricole gagne 8,5 % à 14,3 euros et le Crédit Lyonnais prend 2,66 % à 54 euros. Le Comité des établissements de crédit et des entreprises d'investissement (CECEI) a donné, hier soir, son feu vert au projet de rapprochement entre les deux banques, moyennant deux conditions assurant le maintien d'un "niveau suffisant de concurrence". Le CECEI demande la cession par le futur groupe de 85 agences et le gel des réseaux des deux banques dans 32 départements pour une période de deux ans.Dexia progresse de 11,18 % à 9,05 euros après des résultats annuels en ligne avec les attentes. La banque franco-belge a vu son résultat net 2002 se replier de 9,4% à 1,29 milliard d'euros, le bénéfice brut d'exploitation reculant pour sa part de 7,3% à 2,12 milliards. Le produit net bancaire s'inscrit en baisse de 8,4% à 5,16 milliards d'euros. Le dividende est maintenu à 48 centimes. Dexia n'avance aucune prévision pour 2003, alors que le président de son comité exécutif, Pierre Richard, avait envisagé, début janvier, un retour à une évolution positive des comptes.Les valeurs technologiques sont également bien orientées. Alcatel gagne 13,5 % à 6,64 euros, Cap Gemini 8,94% à 25,83 et France Télécom 8,38% à 21,21 euros. STMicroelectronics s'adjuge 9,89% à 18,22 euros. Pechiney s'octroie 7,95% à 23,75 euros. Le groupe a fait savoir qu'il s'attacherait à d'autres projets d'investissement après la décision de Corus de renoncer à lui céder ses activités aluminium. Le président du groupe français, Jean-Pierre Rodier, a déclaré au Figaro économie qu'il envisage deux à trois acquisitions d'ici cet été. Lagardère avance de 11,7 % à 35,12 euros. Le titre a été légèrement chahuté, en fin de matinée, par les rumeurs d'un décès de Jean-Luc Lagardère, confirmée par certaines sources, avant d'être démenti par l'hôpital où il est soigné.Enfin, on signalera les moindres performances de Peugeot (+0,41% à 36,5 euros) et de Renault (+1,87 % à 32,64) au lendemain de l'annonce d'une baisse de 3,5% des immatriculations en Europe occidentale le mois dernier.Johan DeschampsCopyright Invest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :