L'Opep prête à augmenter sa production

 |  | 334 mots
Lecture 2 min.
L'Organisation des pays exportateurs de pétrole s'apprête à tenir "prochainement" - très probablement dimanche prochain - une réunion ministérielle extraordinaire, destinée à augmenter les quotas de production, est-il apparu mardi après-midi. Cette information, émanant de sources proches de l'Opep, a aussitôt entraîné une baisse sensible des cours du brut. A Londres, le Brent - livraison février - est repassé sous les 30 dollars le baril et se traitait en fin d'après-midi à 29,40 dollars, contre 29,90 dollars à l'ouverture. Et à New York, les contrats sur futures du Mercantile Exchange pour livraison en février ont perdu plus d'un dollar, tombant à 31 dollars le baril.Selon des sources citées par les agences de presse, l'Opep réfléchirait actuellement à la possibilité de relever la production de 1,5 à 2 millions de barils par jour (bpj), soit une augmentation pouvant aller jusqu'à 9%.L'Arabie saoudite, en particulier, s'est déclarée, par la voix de son ministre des Affaires étrangères Saoud al-Fayçal, favorable à une augmentation de l'offre pour contenir la hausse des cours, mais sans en préciser le niveau. L'objectif d'une telle décision serait de pallier les conséquences de la grève générale qui affecte le Venezuela depuis cinq semaines. L'interruption quasi totale des exportations du pays prive le marché de 2 millions de barils par jour.La décision finale pourrait être arrêtée lors d'une réunion qui se tiendra vraisemblablement dimanche 12 janvier à Vienne.L'intervention de l'Opep permettrait d'enrayer les tensions sur le prix du brut, qui ont fait flamber le prix du baril, ces dernières semaines, le portant au dessus des 30 dollars. Outre la crise au Venezuela, les perspectives de guerre en Irak pèsent également sur les prix. Et à ces deux facteurs de politique internationale s'ajoutent des éléments saisonniers: l'hiver sévit actuellement de façon rigoureuse dans de nombreux pays industrialisés, ce qui pousse à la consommation. Les pays producteurs souhaiteraient voir le prix du baril revenir dans la fourchette de 22 à 28 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :