Le marché automobile européen marque le pas

Le soufflé est retombé. A la hausse encourageante de 4,4% du marché automobile européen en septembre a succédé en octobre un repli de 0,3%. Sur le mois, 1,18 million de véhicules ont été immatriculés dans les 15 pays de l'Union européenne plus la Norvège, la Suisse et l'Islande. Un chiffre également inférieur à celui de septembre 2003 où plus de 1,36 million de voitures avaient trouvé preneur.Pour l'ACEA (Association des constructeurs européens d'automobiles), ces résultats donnent à penser que l'on s'oriente vers "une stabilisation du marché, en ligne avec la plupart des indicateurs économiques". Sur dix mois, le marché affiche une baisse de 1,3%, contre -1,5% sur neuf mois. L'ACEA ne donne pas d'explication concernant le repli vis-à-vis d'octobre 2002 (qui comptait le même nombre de jours ouvrables). En revanche, il est aisément compréhensible que les ventes soient en repli par rapport à septembre 2003. Outre le soutien qu'avait constitué le moral des consommateurs, le mois précédent - rentrée oblige - avait bénéficié de nombreuses promotions de la part des constructeurs. Or, le phénomène a été moins flagrant en octobre.Aucun des quatre grands marchés européens n'a vu ses ventes s'apprécier. Italie et Allemagne accusent des baisses voisines de 4%, tandis que la France et le Royaume-Uni ont respectivement reculé de 1,9 et 1,4%. Mais la palme revient au Danemark et aux Pays-Bas avec une dégringolade de 11,6%. Une chute d'autant plus surprenante pour le marché néerlandais qu'il était jusqu'ici en progression. A l'inverse, l'Espagne a mis un coup d'accélérateur avec une envolée de 8,2% sur le mois d'octobre.Pour ce qui est des constructeurs, les performances sont assez disparates. Les asiatiques continuent à faire preuve d'insolence avec des progressions de 18,5% et 22,4% pour les Japonais et les Coréens. A l'exception de BMW (+3,3%), les autres grands constructeurs étrangers (Volkswagen, Ford GM, Fiat et DaimlerChrysler) sont en retrait par rapport à l'an passé, avec des baisses s'étalant de 1% pour GM à 5,2% pour Ford. Enfin, les routes de Renault et de PSA se croisent. Si la firme de Boulogne accuse toujours une baisse au cumul des dix premiers mois (-2,8%), elle se redresse peu à peu (montée en puissance de sa nouvelle gamme oblige) avec une progression de 0,9% en octobre. Au contraire, si PSA avait jusqu'alors bien résisté, le groupe de Jean-Martin Folz a chuté de 6,6% en octobre, passant dans le rouge en cumul annuel avec -1,3%.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.