L'industrie américaine ralentit

C'est l'éternelle histoire du verre à moitié plein ou à moitié vide. A la lecture des chiffres publiés cet après-midi par l'Institut des directeurs d'achat du secteur manufacturier (ISM), les économistes vont se partager en deux camps: les optimistes et les pessimistes. Les premiers souligneront que l'indice d'activité de ce secteur signe son troisième mois consécutif d'expansion. Les seconds ne manqueront pas de pointer du doigt le recul de cet indicateur qui tombe en janvier à 53,9 après 55,2 en décembre. Pour sa part, l'ISM juge encourageante la vigueur de la composante des nouvelles commandes, même si celle-ci s'est tassée à 59,7 en janvier contre 62,9 le mois précédent. Ce niveau, jugé encore élevé, est plutôt porteur d'espoir pour ce secteur de l'économie qui représente environ 17% du PIB des Etats-Unis. Pour beaucoup, le fait que l'industrie continue à croître dans un contexte géopolitique incertain est bon signe pour l'avenir. Une fois levée l'hypothèque irakienne, l'économie américaine pourrait accélérer. Mais si l'industrie américaine reste en expansion, cela ne signifie pas que l'emploi va redémarrer dans ce secteur sinistré de l'économie américaine. Au contraire, les réductions d'effectifs devraient se poursuivre dans les entreprises industrielles. Dans ces conditions, le taux de chômage (6% en décembre) pourrait bien ne pas s'orienter à la baisse avant plusieurs mois, ce qui pourrait affecter le moral des consommateurs et par voie de conséquence leur consommation.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.