Forte chute de la production industrielle allemande

 |  | 382 mots
Fin janvier, Berlin avait averti que l'Allemagne s'apprêtait à vivre une année 2003 encore plus difficile que 2002. Les chiffres publiés aujourd'hui par le ministère de l'Economie et du Travail confirment que l'année dernière s'est mal terminée. En effet, la production industrielle a reculé de 2,6% en décembre en Allemagne par rapport à novembre, soit un repli de 0,5% sur un an. Ce chiffre est nettement inférieur au consensus des prévisions des économistes interrogés par Reuters, qui s'établissait à -1,1% sur un mois et à +1,0% sur un an. Certes, en chiffres corrigés des variations saisonnières, l'indice progresse de 0,5 % sur les deux derniers mois de l'année car, en novembre, la production avait progressé de 2,4 % par rapport à octobre. Les chiffres de décembre ont souffert d'effets de calendrier, a indiqué le ministère de l'Economie.Il n'empêche que le tableau général reflète une chute continue de l'activité. La production industrielle allemande diminue de 0,6% au quatrième trimestre 2002 par rapport au trimestre précédent. Et sur l'ensemble de l'année, la production chute de 1,6%. En 2002, le recul est particulièrement marqué dans le bâtiment (- 5,8%) tandis que le secteur de l'énergie accuse une baisse de 0,4% et l'industrie manufacturière chute de 1,4%. Le climat industriel est donc loin d'être au beau fixe et, en Allemagne comme dans la plupart des autres pays européens, les industriels affichent leur pessimisme. Selon l'enquête européenne de conjoncture publiée lundi par l'Insee, les chefs d'entreprises manufacturières de la zone euro ont vu leur moral se dégrader au mois de janvier, en raison de la "persistance des incertitudes". L'indicateur du climat des affaires dans l'industrie (hors agroalimentaire) s'est replié à 99 points, après 101 points en décembre 2002 et 101 points en novembre. L'Institut indique que, "après la légère amélioration observée en fin d'année 2002, les perspectives de production se replient dans la plupart des pays". A l'exception de l'Espagne, l'Insee note une dégradation générale des carnets de commande en Europe.La chute de confiance n'atteint pas que les industriels. Le moral des ménages de la zone euro est également à la baisse, en raison des craintes croissantes quant à l'évolution du chômage, selon l'Insee.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :