"Le Monde" prend les rênes de "Télérama" et de "La Vie"

 |  | 443 mots
Le mariage était annoncé, il intervient plus tôt que prévu initialement. Lors de l'arrivée l'an dernier du Monde dans le capital des Publications de la Vie catholique (PVC), les propriétaires historiques de ce groupe de presse d'inspiration chrétienne n'avaient pas voulu fixer de date pour un éventuel renforcement. Les choses se sont finalement accélérées et les deux partenaires ont annoncé ce midi que Le Monde va porter sa participation à 56%, contre 30% auparavant. Le montant de l'opération n'a pas été dévoilé. A l'issue de cette transaction, un "nouveau groupe de presse puissant et indépendant", qui aura pour nom La Vie-Le Monde verra le jour. Ce groupe s'articulera autour de trois axes: un pôle Presse quotidienne nationale, avec Le Monde et son imprimerie, un pôle Presse quotidienne régionale (Midi libre) et un pôle Magazines (Télérama, La Vie). A eux deux, les groupes Le Monde et PVC ont réalisé un chiffre d'affaires hors taxes de 700 millions d'euros en 2002. Dans le communiqué diffusé à l'occasion de l'annonce de cette opération, Jean-Marie Colombani, patron du quotidien du soir et futur président du nouveau groupe La Vie-Le Monde, souligne que "pour nous (Le Monde, ndlr), cette acquisition met un point final à notre phase de développement externe, ouvrant la phase de développement interne, où nous mettrons nos moyens au service du développement des journaux".Il faut dire que la situation financière du Monde ne lui permet plus guère de caresser des rêves de grandeur. La crise actuelle de la presse pèse sur ses résultats financiers: en 2002, Le Monde SA, holding détenteur à 100% de la Société éditrice du Monde, destiné à être introduit en Bourse selon le schéma élaboré à la fin 2001, a accusé une perte nette de 17,3 millions d'euros. Résultat, après avoir montré une certaine fièvre acheteuse, Le Monde doit maigrir pour dégager des fonds. Ainsi à la fin du mois de juin, le groupe a annoncé la cession de 15% des 20% qu'il détenait dans le quotidien genevois Le Temps. Les salariés de PVC l'accusent également d'être à l'origine de la mise en vente du pôle presse informatique des Publications de la Vie Catholique. Mettre la main sur le très lucratif Télérama ainsi que sur la presse jeune regroupée au sein de Fleurus permet au groupe Le Monde de faire meilleure figure, alors qu'à l'horizon se profile une échéance importante. A moins d'une introduction rapide en Bourse, le groupe pourrait être contraint de rembourser en cash en 2007 et 2009 62 millions d'euros d'obligations remboursables en actions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :