Ericsson profite de la baisse des coûts

 |  | 470 mots
Lecture 2 min.
Après Nortel, Lucent et Alcatel, au tour du suédois Ericsson de publier ses résultats trimestriels. Comme ses concurrents, l'équipementier télécoms continue sur la tendance de ces derniers mois. Après deux ans de restructuration drastique, le groupe commence à profiter de sa politique de réduction des coûts. Premier signe, le bénéfice avant impôts est comme prévu revenu dans le vert à hauteur de 1 milliard de couronnes suédoises, au dessus du consensus d'analystes.Ce n'est pas tout. La marge brute est ressortie à 35,9%, un taux légèrement meilleur que celui anticipé par JP Morgan (35,2%). Il faut dire que le groupe a drastiquement réduit ses coûts, à un rythme plus rapide que prévu. Au troisième trimestre, il a ramené son niveau de dépenses annuelles à 38 milliards de couronnes suédoises par an, contre 40 milliards calculés par JPMorgan. Par rapport aux attentes de la banque américaine, Ericsson a un trimestre d'avance sur sa politique de réduction des coûts. L'équipementier suédois, qui a subi de plein fouet l'éclatement de la bulle Internet, a ramené son effectif de 107.000 à 53.400 personnes, dans le cadre du plan de réduction des coûts entamé début 2001. Le groupe a en fait retrouvé une taille d'entreprise équivalente à celle de 1968, bien avant que le premier téléphone portable ne soit fabriqué. La purge n'est néanmoins pas terminée, Ercisson veut ramener ses effectifs à 47.000 personnes l'an prochain, pour avoir un point mort à 33 milliards de couronnes.Le groupe se garde cependant de toute déclaration trop optimiste. "Ericsson est revenu aux profits, ce qui est un pas important, mais il reste beaucoup à faire avant que nous retrouvions une bonne rentabilité", a commenté le directeur général Carl-Henric Svanberg dans un communiqué. Le chiffre d'affaires du troisième trimestre est ressorti à 28 milliards de couronnes, en baisse de 16% sur un an et lègèrement supérieur aux prévisions des analystes. Le carnet de commande s'est élevé à 28,1 milliards de couronnes, un niveau un peu inférieur à celui du deuxième trimestre. En termes de prévision, Ericsson s'inscrit dans la lignée des autres équipmentiers. Bien qu'il assure entrevoir la reprise, dans son communiqué, il anticipe plutôt une stabilisation du marché, sans faire de prévisions chiffrées très précises. Ainsi, il table pour le quatrième trimestre sur une "progression signicative" de ses ventes, une période où le marché connaît traditionnellement des taux de croissance séquentiels forts. Quant à l'année 2004, elle devrait être équivalente à 2003. Pour 2003, le groupe suédois a maintenu sa prévision d'une baisse de plus de 10% pour les réseaux, son coeur de métier, en dollars. A Stockolm, le titre recule à la mi-journée de 2,88% à 13,50 couronnes suédoises.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :